• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Le mail de ce PDG tolérant fait le tour de la toile

Un PDG fait preuve d’humanisme face à l’absence de son employée

Le 30 juin 2017, une jeune ingénieure en arrêt maladie pour cause de "fatigue mentale" a eu la surprise de recevoir un message d’encouragement de la part de son directeur. Elle l’a partagé sur les réseaux sociaux.

Il n’est pas rare dans le monde du travail que certains employés demandent des jours congés pour prendre soin de leur santé mentale. C’est le cas de Madalyn Parker, ingénieure et développeur web pour l’entreprise Olark Live Chat aux Etats-Unis. Le 30 juin 2017, la jeune femme avait prévenu par mail son équipe qu’elle prenait deux jours de congés pour se vider la tête : "Je vais rester à la maison aujourd'hui et demain pour m'occuper de ma santé mentale. J'espère être de retour la semaine prochaine pour être à nouveau à 100 % au taquet". Suite à ce message, son employeur, Ben Congleton, lui a répondu de manière encourageante : 

"Salut Madalyn, je voulais te remercier personnellement d'envoyer des emails de ce genre. A chaque fois que tu le fais, ça me rappelle l’importance de prendre des jours de congés pour notre santé mentale. Je ne comprends pas pourquoi ce n’est pas une pratique courante dans les entreprises. Tu es un exemple pour nous tous et ton attitude nous permet de briser ce tabou afin d'être entièrement nous-même au travail"

Étonnée par l'enthousiasme de son patron, Madalyn s’est empressée de partager cet échange de mail sur Twitter avec un commentaire personnel : "Quand le patron répond au mail à propos de ton congé pour santé mentale et approuve ta décision" :

Ben Congleton, le PDG de l’entreprise, a expliqué sur la plateforme d’échange Medium, les raisons de sa réponse : "Nous sommes en 2017. Je trouve ça incroyable que parler de santé mentale au travail soit encore controversé tandis qu'un salarié américain sur 6 est suivi médicalement pour cela. Aujourd’hui, nos emplois exigent que nous exécutions des performances. Quand un athlète est blessé, il s’assoit sur le banc de touche et se repose. Il faut se débarrasser de l’idée que d’une manière ou d’une autre le cerveau est diffèrent." 


LIRE LA SUITE
Ava Skoupsky
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.