Actuellement en kiosque !

GL cover mag Décembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

Un député UMP dénonce les "pratiques à caractère sectaire" des FEMEN

Les Femen seraient une secte selon un député UMP

Dans une lettre écrite lundi 10 janvier au président de la MIVILUDES, le député UMP Georges Fenech demande la dissolution des FEMEN. Selon lui, le mouvement porte "une atteinte grave à l'ordre public."

"Le mouvement dit FEMEN (...) n'a pas hésité, en maintes occasions, à se livrer à des actions spectaculaires qui s'apparentent à des pratiques à caractère sectaire."

Voilà ce qu'a écrit lundi 10 février Georges Fenech, président du groupe d'études sur les sectes à l'Assemblée, au président de la MIVILUDES (Mission interministérielle de lutte contre les sectes) à propos du groupe féministe "d'origine ukrainienne." Le député UMP, qui estime que les actions des Femen "portent une atteinte grave à l'ordre public", demande également au président Serge Blisko de lui faire connaître les "initiatives que [la Mission] pourrait prendre, telle que la demande de dissolution de l'association FEMEN."


Hier, mardi 11 février, Georges Fenech a réitéré sa pensée dans une lettre ouverte au président de la République. Il y écrit que les valeurs de la République - liberté, égalité, fraternité - "viennent d'être bafouées par un groupuscule d'origine ukrainienne implanté sur notre sol et dénommé - FEMEN -, dont les pratiques à caratère sectaire ont profondément heurté nos compatriotes : profanation de lieux de culte, discours anti-social, menaces contre nos institutions et dégradation de biens." Il a également demandé à ce que le timbre "Marianne de la Jeunesse" qui s'inspire "des traits d'une certaine Inna Schevchenko, chef de file de ce mouvement, qui de surcroit a bénéficié d'un droit d'asile", soit "retiré de la circulation."

Alors qu'elle prépare un livre, une ex-FEMEN, a également donné, sous couvert d'anonymat, un témoignage "choc" sur le groupe activiste au Figaro, mardi 11 février 2014. La Française confie sa "déception", notamment sur la "désorganisation", la "discrimination", "la soumission" imposée au sein du mouvement et "les revendications féministes que le groupe n'applique pas en son sein." Elle ajoute que "tu n'existes plus en tant qu'individu" et que "tu ne penses plus par toi-même mais par le groupe, tu ingurgites ce qu'on t'apprend."
L'avenir des FEMEN semble plus que jamais incertain et les problèmes judiciaires du mouvement, eux, continuent : le 19 février prochain, plusieurs FEMEN, dont Inna Shevchenko, seront auditionnées par la Justice française pour dégradation d'un objet du culte - une cloche de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Elles encourent jusqu'à sept ans de prison...

--> Retrouvez plus de news Glamour !

LIRE LA SUITE
Mélanie Caous
Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.