• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Turquie : des manifestants arrêtés à cause de leurs tweets

Turquie : des manifestants arrêtés à cause de leurs tweets

Tandis que les manifestations contre le gouvernement turc ne faiblissent pas, un peu plus d'une vingtaine de personnes ont été arrêtées, pour avoir twitté des appels au rassemblement. Une attitude répressive inquiétante pour une démocratie.

Alors que la Turquie est divisée depuis maintenant cinq jours, à cause de mouvements contestataires visant à dénoncer une politique islamo-conservatrice trop ferme, les actes policiers n'apaisent pas les tensions, bien au contraire. En effet, bien que moins présentes suite aux récentes injonctions du Premier Ministre Recep Tayyip Erdogan, les forces de l'ordre n'hésitent toujours pas à faire usage de canons à eaux afin de disperser les manifestants, tandis que la population descendant dans la rue se faire toujours plus nombreuse.

Pire encore, au moins 25 personnes ont été arrêtées tôt ce matin, à Izmir, deuxième ville portuaire de Turquie, pour avoir twitté des "informations trompeuses et diffamatoires". Selon Ali Engin, l'un des responsables locaux du CHP (Parti républicain du peuple, le principal parti d'opposition), ils seraient détenus pour "avoir appelé les gens à manifester". Une répression inquiétante pour ce pays censé être démocratique, où, depuis le début des mobilisations, les réseaux sociaux jouent un rôle important dans les rassemblements des manifestants.

Sur Twitter notamment, ces derniers utilisent le hashtag #occupygezi  pour lancer des appels à manifester, poster des vidéos et des photos, ou transmettre des messages. Apportant son soutient, le collectif de hackers Anonymous, souvent impliqué dans des mouvements contestataires d'ordre politiques, fournit des codes d'accès wifi, afin que les manifestants puissent continuer à poster des informations, et publie des conseils pour se protéger des gaz lacrymogènes. Une entre-aide entre internautes qui agace le Premier Ministre Erdogan, qui estime que "ces choses que l'on appelle les réseaux sociaux sont des fauteurs de troubles dans nos sociétés actuelles".

Prenant de plus en plus d'ampleur, cette révolte populaire pacifiste rassemble aujourd'hui toutes les générations, qui s'opposent à la politique restrictive d'Erdogan, n'hésitant pas à ériger une Stambouliote, injustement gazée par la police, comme icône de la contestation.

Sur cette photo prise au parc Gezi, la jeune femme, habillée d'une robe rouge (couleur du drapeau), symbolise la Turquie actuelle, jeune, moderne et non violente, face à une police agressive, incarnant la répression du pouvoir. Désormais présente sur de nombreux posters ou stickers, son image est souvent accompagnée des slogans "Plus vous gazez, plus nous devenons fort" ou encore "Nous sommes toutes des femmes en rouge".  Une nouvelle façon qu'ont les manifestants de faire comprendre au gouvernement leur colère face aux violences dont ils ont été victimes de la part des forces de l'ordre.

--> Retrouvez plus de news Glamour !

LIRE LA SUITE
Amélie Frantelle

Dans cet article :

Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.