• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Octobre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Touche pas à ma pute" : 343 salauds signent un manifeste pour défendre la prostitution

"Touche pas à ma pute" : "343 salauds" signent un manifeste pour le droit à la prostitution

343 hommes, dont beaucoup d’intellectuels français, ont signé un manifeste pour protester contre la proposition de loi qui vise à sanctionner les clients de prostitués. Polémique en vue.

Frédéric Beigbeder, Eric Zemmour, Nicolas Bedos, ou encore Basile de Koch, le mari de Frigide Barjot… Vous ne verrez plus jamais ces hommes de la même manière. Et pour cause : tous ces hommes ont avoué être déjà "allés aux putes" ou connaissent des amis qui y vont. Ces intellectuels ont signé un manifeste pour défendre la prostitution, relayé par Libération et sobrement intitulé "Touche pas à ma pute ! Le manifeste des 343 salauds". La pétition doit paraître dans le prochain numéro du magazine Causeur, en novembre.

Parmi les autres signataires, on retrouve également les écrivains Philippe Caubère et Benoît Duteurtre, le journaliste Ivan Rioufol ou encore l’avocat de Dominique Strauss-Kahn, Richard Malka. Tous ces hommes protestent contre la proposition de loi qui vise à sanctionner les clients de prostitués et à interdire le racolage dans la rue, qui doit être débattue fin novembre à l’Assemblée.

L’autre objectif : "Emmerder les féministes", comme l’explique Elisabeth Levy, directrice de la rédaction de Causeur. Au début du mois, le groupe des Femen avait notamment publié une campagne photo choc pour dénoncer la prostitution.

Dans leur texte, les "343 salauds" expliquent refuser "que des députés édictent des normes sur [leurs] désirs et [leurs] plaisirs", avant d’ajouter : "Aujourd'hui la prostitution, demain la pornographie, qu'interdira-t-on après-demain ?". Ils rappellent cependant qu'ils condamnent le sexe "sans consentement", "la violence" et "le trafic des êtres humains"

Ce manifeste, qui rappelle l’initiative des "343 salopes" (publié dans Le Nouvel Observateur en 1971 pour défendre le droit à l’avortement), est loin de faire l’unanimité. Pour Anne Zelensky, présidente de la Ligue du droit des femmes, les signataires "se préoccupent plus d’utiliser ces dames que de les défendre". Si les groupes féministes pourraient eux aussi réagir très rapidement, en attendant, les réactions fusent déjà sur Twitter. La guerre est déclarée.

--> Retrouvez plus de news Glamour !

LIRE LA SUITE
Hélène Pagesy
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.