• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Octobre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Soosan Firooz, la première rappeuse afghane

Soosan Firooz

La rappeuse afghane Soosan Firooz, 23 ans, fait entendre sa voix dans un pays où les femmes artistes ont peu de place en général.

Soosan Firooz est bien décidé à se faire entendre... A 23 ans, la jeune rappeuse décrit à travers ses textes la misère des exilés de guerre afghans vivant en Iran. Elle-même exilée avec sa famille pendant la guerre civile, Soosan Firooz a passé sept ans dans des camps de réfugiés en Iran. De retour dans son pays en 2003, elle est depuis régulièrement la cible d’attaques car elle ose jouer la comédie, chanter et même évoquer de grandes questions sociales.

Voici la traduction du texte de la chanson présentée en vidéo, fournie par Courrier international :

Ecoutez mes histoires, écoutez
Ecoutez ma peine, ma tristesse
Ecoutez l'histoire de mon exode et de ma vie dans la rue
Nous étions perdus, nous étions perdus, perdus à travers le monde
La guerre m'a chassée de ma patrie

L'exil a commencé, les épreuves ont commencé
Les privations, la misère
Les balles pleuvaient sur nous, notre ferme réduite en cendres, nos arbres
desséchés
En larmes, nous avons traversé la frontière
Comme des oiseaux sans ailes, sans ailes
Des ailes, des ailes, des ailes, des ailes
Nous étions perdus, nous étions perdus, perdus à travers le monde

Dans le pays de l'étrange, notre enfant a été maltraité
Nos diplômés sont devenus ouvriers
Nous avons mangé notre corps quand nous avons été affamés
Nous avons bu nos larmes quand nous avons été assoiffés
Nous pensions trouver la joie en Europe
Nous pourrions vivre là-bas et mettre fin à nos souffrances
Mais nous étions bloqués dans les camps de réfugiés
Là où nous nous éteignions
Je rêvais d'embrasser la poussière de mon pays
Nous étions rois et reines sur notre terre
Ici, nous sommes serveurs et plongeurs
“Je ne sais pas, je ne sais pas, oh mon Dieu, oh mon Dieu

Nous avons oublié notre propre langue
Nous étions humains aussi, pourquoi nous violenter ?
Nous courions partout comme des choses sans valeur
Dans le pays de nos voisins, ils nous traitaient de “sales Afghans”
Dans la queue devant la boulangerie, ils nous passaient devant

Qu'avons-nous gagné en Iran et au Pakistan ?
La moitié sont aujourd'hui des drogués, l'autre des terroristes

Mais nous avons l'espoir à présent
Unis désormais
Plus de femme ou d'enfant maltraité
Plus de silence
Nous étions perdus, nous étions perdus, perdus à travers le monde
Plus d'Europe, plus d'Iran, plus de Pakistan,
Désormais ce sera l'Afghanistan

 

--> Retrouvez plus de news !

LIRE LA SUITE
B.K.
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.