• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Octobre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Six Iraniens arrêtés pour avoir dansé sur "Happy" de Pharrell Williams

Capture d

Les six jeunes Iraniens qui avaient repris "Happy" de Pharrell Williams et posté la vidéo sur internet sous le titre "We are from Téhéran" se sont fait arrêter le 20 mai par la police en Iran.

Mise à jour 19/09/2014: le sort des six jeunes Iraniens est scellé. Pour avoir dansé sur la chanson "Happy" de Pharrell Williams sur une vidéo mis en ligne sur YouTube en mai, ils doivent purger une peine de six mois de prison et vont recevoir 91 coups de fouet. Pour le réalisateur du clip, la sentence est encore plus sévère puisqu'en plus des 91 coups de fouet, il écope d’un an de prison. Toutefois, les peines seront appliquées que s'ils récidivent dans les trois ans à venir.

On se rappelle toutes de ces six jeunes Iraniens qui avaient dansé sur la chanson Happy de Pharrell Williams puis posté la vidéo sur Youtube en avril dernier sous le titre We are from Téhéran. Ils se sont fait arrêter le 20 mai par la police de leur pays.

"Après avoir repéré un clip vulgaire, qui a heurté la chasteté du public sur Internet, la police a décidé d'identifier ceux qui y étaient impliqués", a ainsi déclaré le chef de la police de Téhéran, Hossein Sajedinia, cité par l'agence d'information ISNA (Iranian Students' News Agency) puis par l’AFP. "Trois hommes et trois femmes ont été arrêtés et ont avoué leur acte criminel", a-t-il ajouté. En effet, depuis 1979 en Iran, la loi islamique oblige les femmes à sortir de chez elles entièrement couvertes, sous peine d'amende voire d'emprisonnement. Pharrell Williams a exprimé sa tristesse quant à cette arrestation sur compte Twitter.

"C'est tellement triste que ces gamins soient arrêtés pour avoir tenté de répandre la joie"

Cette arrestation arrive peu de temps après la bise de l’actrice iranienne Leila Hatami au président du Festival de Cannes, Gilles Jacob, le 18 mai. Une attitude "inappropriée" selon le vice-ministre de la Culture en Iran Hossein Noushabadi et qui a fait les gros titres des médias du pays.
Les six jeunes danseurs de la vidéo, trois hommes et trois femmes, souhaitaient montrer un visage joyeux et coloré de la République islamique. "Nous voulions dire au monde entier que la capitale iranienne fourmille de jeunes pleins de vie, et changer l'image très dure de l'Iran que véhiculent les médias", avait alors expliqué Neda, l’une des artistes du clip, au site internet Iranwire.
 

--> Retrouvez plus de news et d'actualités sur Glamour.fr !

LIRE LA SUITE
Anne-Yasmine Machet
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.