• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Se ronger les ongles ne serait pas une si mauvaise habitude

Se ronger les ongles, un signe de perfectionnisme ?

Avis à toutes celles qui se rongent les ongles, entortillent leurs cheveux et ne peuvent se passer de tripoter leur peau ! D’après une récente étude canadienne, vos habitudes compulsives s’avèrent être en réalité un signe de perfectionnisme.

Plus la peine de culpabiliser pour tous ces comportements qui frôlent la maniaquerie. D’après les chercheurs de l’Université de Montréal, se ronger les ongles ou tripoter à tout bout de champ sa peau ou ses cheveux, est en réalité le signe d’un perfectionnisme exacerbé.

Publiée dans The Journal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry, cette étude prouve que ces comportements sont le résultat d’un trait de caractère bien précis : le fait de s’ennuyer plus facilement. "Nous croyons que les individus qui adoptent ces attitudes sont perfectionnistes puis qu’ils sont incapables de relâcher la pression et d’accomplir une tâche à un rythme ‘normal’," a expliqué l'initiateur de l'enquête, le Dr Kieron O’Connor. "Ils sont par conséquent sujets à la frustration, l’impatience et l’insatisfaction lorsqu’ils n’atteignent pas leurs objectifs. L’ennui arrive plus rapidement chez eux". Se ronger les ongles revient alors à "satisfaire un désir ardent et à se procurer une sorte de récompense" conclut-il.

Pour mener à bien cette étude, les chercheurs ont proposé à 48 participants de quantifier et d’évaluer leur niveau de culpabilité, d’irritabilité et de colère à l’aide d’un questionnaire. Après une interview avec un évaluateur clinique, ces individus ont été mis en situation à travers 4 scénarii dans lesquels l’ennui, le stress, la relaxation et la frustration ont été provoqués pour observer leurs réactions. Résultat ? Les personnes ont commencé à se ronger les ongles quand elles se sont ennuyées et non pas en situation de relaxation. "Cela signifie que ces petites manies ne sont pas seulement un signe d’anxiété" a déclaré la chercheuse Sarah Roberts. Une étude positive qui nous permet de décomplexer sur nos mauvaises habitudes, n'est-ce pas ?

--> Retrouvez plus de news et d'actualités sur Glamour.fr !

LIRE LA SUITE
Myriam Benachour
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.