Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Richard Prince fait polémique en vendant des photos volées d'Instagram

instagram photo volees richard prince exposition galerie new york

L’artiste américain Richard Prince a décidé de vendre des photographies, qui sont en réalité des captures d’écran d’images trouvées sur Instagram. Aux Etats-Unis, cette pratique est légale mais fait polémique.

C’est un événement, organisé à New York, qui a fait du bruit sur la Toile. L’artiste américain Richard Prince a dévoilé ses nouvelles œuvres pour les vendre lors de son exposition baptisée Frieze Art Fair. ###Twitter### Ces images sont des agrandissements de captures d'écran de photos provenant d'Instagram, avec un commentaire en prime ajouté par l'artiste. Depuis son exposition, Richard Prince est cible de nombreuses critiques de la part des internautes. Un autre problème a ouvert le débat sur les réseaux sociaux : le prix auquel partent ces toiles. Déjà 38 oeuvres ont été vendues à 100 000 dollars environ (91 000 euros). Mais qu'en pensent les principaux intéressés, dont les images sont exposées et vendues à leur insu ? Le portrait de Doe Deere, créatrice d’une marque de cosmétiques, s’est retrouvé par hasard dans l’exposition de Richard Prince. "Je crois que je me dois de poster ceci, puisque tout le monde m’en parle. Oui, mon portrait est actuellement exposé à la galerie Frieze de NYC. Oui, c’est juste une capture d'écran (et pas une peinture). Non, je n’ai pas donné mon autorisation et oui, l’artiste controversé Richard Prince l’a exposée de toute façon. Il a déjà été vendu (90.000 dollars d’après ce qu’on m’a dit) pendant la vente privée. Non, je ne vais pas le poursuivre. Et non, je n’ai aucune idée de qui l’a acheté !" a-t-elle expliqué sur son compte Instagram.

 

Pourtant, l’artiste américain est déjà connu pour ses travaux de réappropriation (il est également l’auteur des publicités Marlboro qui mettaient en scène des cow-boys), c’est même devenu sa marque de fabrique. Selon le site Petapixel, "il est reconnu dans le monde de l’art pour s’approprier le travail des autres puis pour le vendre pour d’importants montants". Aux Etats-Unis, réutiliser des photos qui ne sont pas les siennes est tout à fait légal, Richard Prince n’a donc pas de raison d’être inquiété, pour l'instant.

--> Retrouvez plus de news et d'actualités sur Glamour.fr !

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.