• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Octobre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Bad buzz : une énième pub discriminante crée la polémique

Cette fois-ci c

La marque "Dove" a été accusée de racisme après la diffusion de sa nouvelle campagne le vendredi 6 octobre 2017. Ce n’est pas la première fois que certaines griffes de cosmétiques provoquent la polémique avec des publicités discriminantes…

La marque Dove a accumulé les critiques après avoir partagé sur sa page Facebook un cliché de sa nouvelle campagne (diffusée au Etats-Unis) vendredi dernier. Sur cette publicité, on peut voir une femme noire, vêtue d'un T-shirt marron qu'elle enlève, et devient blanche.

Face aux réactions des internautes, qui ont très vite jugé cette publicité raciste et mentionné que ce n’était pas une première, la marque s’est excusée en postant un message sur Twitter :

"Une image que nous avons récemment postée sur Facebook a manqué son objectif qui était de représenter des femmes de couleur. Nous regrettons vivement le préjudice causé par cette publicité."

Pourtant, l’enseigne de cosmétiques était l’une des premières marques à militer pour la diversité. En 2004, pour une nouvelle campagne, Dove avait fait appel a des femmes de toutes origines, couleurs de peaux, et tailles différentes. Le but ? Changer des publicités habituelles où l’on voyait uniquement des mannequins blancs et filiformes. 

Quand les marques font un tollé…

Mais la griffe n’est pas un cas isolé. En chine, une publicité pour la marque de lessive Qiaobi avait provoqué de vives indignations. On y voyait une jeune femme asiatique mettre un homme noir dans une machine à laver pour qu'il ressorte, lui aussi, asiatique. Plus récemment, le 3 septembre dernier, la marque L’Oréal a été accusée de racisme après avoir licencié une de ses égéries (pour une campagne en Angleterre) prénommée Munroe Bergdorf, un mannequin transgenre métisse. Suite aux événements de Charlottesville, elle avait partagé sur sa page Facebook des propos jugés "anti-Blancs" par la marque. "Les commentaires de Munroe Bergdorf ne correspondent pas à nos valeurs et nous avons donc décidé de rompre notre partenariat avec elle", s'était justifié L’Oréal. Une décision qui a créée de vives polémiques sur la Toile puisque certains internautes ont même appelé à boycotter la marque.

LIRE LA SUITE
Ava Skoupsky
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.