Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Quand le "Time Magazine" propose de bannir le mot "féministe" puis s'excuse

Quand le "Time Magazine" propose de bannir le mot "féministe"

Tous les ans, le "Time Magazine" propose une liste de mots parmi lesquels les internautes et lecteurs doivent voter pour celui qu’ils souhaiteraient ne plus voir dans la publication. Pour l’édition 2015, le mot "féministe" dans la sélection fait débat.

Les mots à la mode pullulent autant sur la Toile que dans la presse et c’est ce phénomène que cherche à combattre la célèbre publication américaine, le Time Magazine. En effet, les autres années, les internautes avait voté pour la disparition des mots et abréviations "O.M.G" (Oh my God : Oh mon Dieu), "Y.O.L.O" (You only live once : tu n’as qu’une vie) et "twerk" (la fameuse danse où seul le postérieur doit bouger…).

Quoi de plus prévisible donc que l’hebdomadaire renouvelle l’expérience pour sa quatrième édition en 2015 dont les résultats seront connus le 19 novembre prochain ? Oui mais voilà, la nouvelle liste fait polémique. Parmi les "sorry not sorry" (désolé mais pas désolé) et autres "kale" (salade bio), se trouve le mot "féministe". Si le magazine propose une sorte de définition/justification de la présence de chaque terme dans la sélection et a bien précisé que pour "féministe" il était question de la tendance dont les stars se sont emparées et non pas le mouvement lui-même, il n’en va pas du goût de tout le monde. Pour répondre à cette polémique, Nancy Gibbs, la rédactrice, a tenu à faire une note pour s'excuser: "Le Time présente ses excuses pour la tournure qu’a pris ce sondage ; le mot "féministe" n’aurait pas dû être inclus dans la liste des mots à bannir. Alors que nous souhaitions débattre à propos des détournements qu’a subi le mot cette année, cette nuance a été perdue, et nous regrettons que son insertion a occulté l’important débat sur l’égalité des genres et la justice".

Sur un point, le Time n’a pas tort : le terme féministe est devenu si commun que parfois son utilisation excessive peut conduire à nous interroger sur son sens et la conviction réelle qui pousse à son emploi. Ainsi en septembre, en France, même Florence Foresti, se questionnait sur l’utilisation parfois abusive du terme féministe par ses homologues et dans une interview au Parisien avait évoqué un faux féminisme concernant le phénomène "Connasse" et le girl power de la chanteuse Beyoncé.

Retrouvez ci-dessous quelques tweets sur la polémique :

--> Retrouvez plus de news et d'actualités sur Glamour.fr !

LIRE LA SUITE
Nolyne Cerda

Dans cet article :

Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.