• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Piratage : un tweet fait chuter la bourse américaine

Un tweet fait chuter la bourse américaine

Victime d'un hackage, l'agence américaine Associated Press a tweeté hier qu'il y avait eu des explosions à la Maison Blanche et que le Président était blessé. Affolé, Wall Street a aussitôt chuté d'une centaine de points.

Grosse frayeur aux Etats-Unis et plus particulièrement à Wall Street, après que l'agence Associated Press ait tweeté sur un attentat à la Maison Blanche.

Le message de 140 signes "Dernière minute : deux explosions à la Maison blanche, Barack Obama est blessé", a provoqué la panique dans les bureaux de la bourse new-yorkaise, faisant chuter le Dow Jones (CAC 40 américain) de plus de 130 points, en quelques instants. Associated Press ne s'est rendu compte avoir été victime d'un hackage que 4 minutes plus tard, temps suffisant pour avoir été retweetés 4 600 fois et lus par bon nombre de leurs 2 millions d'abonnés.

L'agence de presse américaine a aussitôt démenti l'information et a tenu à rassurer ses followers sur l'état de santé du Président. Elle a également indiqué que ce hackage était une tentative phishing (intrusion dans un serveur en vue de récupérer des informations confidentielles) sur son réseau informatique.

"L'attentat électronique" a été revendiqué par la Syrian Electronic Army, un groupuscule qui soutient le président syrien Bachar Al-Assad, qui n'en est pas à sa première "cyber-attaque". En effet, ils avaient publié plusieurs photographies sur le compte Twitter de l'Agence France Presse, en février dernier.

--> Retrouvez plus de news Glamour !

 

LIRE LA SUITE
Amélie Frantelle
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.