Actuellement en kiosque !

GL cover mag Novembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

Les soutiens-gorges rembourrés pour enfants DIM épinglés

Les soutiens-gorges rembourrés pour enfants DIM épinglés

Dim fait scandale sur Twitter. La raison ? La publication d'une photo du soutien-gorge rembourré pour jeune fille.

Ils s’étaient déjà illustrés dans un registre bien sexiste avec la pub de Beigbeder pour les Dim Pocket (l’écrivain distrait par des jeunes filles en culottes défilant devant lui). Cette fois DIM est épinglé pour un produit en rayon depuis un an déjà : des soutien-gorge rembourrés à destination des petites filles. C’est une consommatrice qui est à l’origine du bad buzz, qu’a relayé Libération ce matin.Florence Braud a posté sur Twitter la photo du soutien-gorge trouvé au rayon enfant d’un Super U breton.

On peut voir sur l’étiquette que le soutien-gorge taille 70 A a bien des « mousses amovibles » et « gomme les imperfections ». Visiblement il n’est jamais trop tôt pour pousser à la consommation en implantant des idéaux absurdes à atteindre dans la tête des petites filles – qui jusque là, n’avaient pas besoin de soutien-gorge. Contactée par le journal, la marque s’est défendue ainsi : " Lorsque nous parlons d’imperfections nous parlons bien entendu d’imperfections textiles et non physiologiques. Il s’agit de gommer les imperfections matières (plis, superpositions etc.) afin de rendre le produit lisse au porté et harmonieux sous le vêtement». " Reste à savoir si ce serait perçu ainsi par les fillettes à la recherche de leur première lingerie.

LIRE LA SUITE
VF
Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.