Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Le Swaziland interdit les bisous en public

Le Swaziland interdit les bisous en public

A Siteki, une ville du royaume du Swaziland, il est désormais interdit d’embrasser une personne en public sous peine d’amende, un comportement jugé "indécent".

La mairie de Siteki, à l’est du Swaziland, monarchie absolue coincée entre l’Afrique du Sud et le Mozambique, condamne les baisers langoureux en public à une amende de 9 euros. Une démonstration d’amour très coûteuse quand on sait que le salaire moyen est de 156 euros par mois selon la Banque Mondiale.

Mzwandile Ndzinisa, prêtre et secrétaire de la mairie, justifie cette décision auprès de France 24 : "S'embrasser en public met les gens autour mal à l'aise". En revanche, les autorités tolèrent "un petit bisou sur la joue d'un bébé". Côté habitant, on ne s’étonne même plus de ces déclarations car les lois réduisant les libertés individuelles se multiplient.

Il est, par exemple, illégal de faire la promotion de la contraception et du préservatif (un quart de la population est atteinte du VIH), de faire de l’auto-stop ou encore d’avoir des relations sexuelles dans des lieux publics. En revanche, la condition de la femme ne semble pas être une priorité pour le roi aux 13 épouses, Mswati III. Depuis le début d’année, une loi interdit le port de la mini jupe ou du pantalon taille basse car "le viol est facilité parce qu'il est facile de retirer la petite pièce de tissu portée par les femmes". Des écarts vestimentaires sanctionnés par une amende de 8000 euros assortie et d’une peine de 6 mois de prison. 

--> Retrouvez plus de news Glamour !

LIRE LA SUITE
Isabelle Lafond
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.