Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Le monde de la mode dit « au revoir » à Maria Luisa

maria luisa Poumaillou

Elle s’appellait Maria-Luisa Poumaillou. La plus célèbre acheteuse de mode est morte hier des suites d’une longue maladie.

Elle savait comme personne d’autre incarner la mode, de par ses choix stylistiques avec les créateurs qu’elle soutenait au sein de son ancienne boutique rue Cambon, puis au Printemps Haussmann, de par sa manière unique d’être élégante. Elle avait inventé un style, le sien. Toujours chic, jamais compliqué et pourtant si audacieux et raffiné. C’était le genre de femme que l’on voit passer dans la rue et à qui on aimerait un jour ressembler. Toujours bien maquillée et coiffée, toujours minimaliste plutôt qu’extravagante.  Par la façon dont elle se tenait, elle nous disait que l’audace tient parfois à la simplicité.


Maria Luisa avait inventé le métier de "dénicheur de talents". Sa curiosité elle l’avait mise au service de la mode. Capable de repérer d’un simple coup d’œil les talents d’un John Galliano ou d’un Rick Owens, elle avait le regard tourné vers la mode de demain, qu’elle passait au filtre de ses profonds yeux noirs. Et c’est bizarre de se dire que cette femme qui semblait plus vivante que tout autre est partie hier.

Vénézuélienne, née "dans les années 1950" et issue de la grande bourgeoisie, elle avait le goût du beau. Maria Luisa était une figure absolument parisienne. Et pour cause, c’est la ville qui l’a accueillie alors que sa famille et son beau-père avaient été contraints de fuir le Venezuela suite au renversement de la dictature de Marcos Pérez Jiménez, dont il était le chef de la Sûreté nationale. Cette expérience controversé fera d’elle une battante. Et si son enfance de fille de grande élégante s’est déroulée dans les robes Dior et la haute couture, elle a choisi le prêt-à-porter : plus moderne. Désormais, elle avait mis son exigence au service du Printemps Haussmann où elle posait son regard sur les créateurs émergents. Elle qui s’était longtemps battue pour l’indépendance de sa boutique multimarques face à l’arrivée des grands groupes de luxe qui ont modifié le marché de la mode. C’est exactement ce regard sur la mode qui a fait d’elle une fée, et la mode aussi n’aura de cesse de la saluer.
 

LIRE LA SUITE
Ilaria Casati
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.