Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Le lobby du saumon norvégien réagit après l’enquête d’"Envoyé spécial"

Le lobby du saumon norvégien réagit après l’enquête d’"Envoyé spécial"

Jeudi 7 novembre, l'émission "Envoyé spécial" diffusait une enquête sur les saumons d'élevage en Norvège, qui seraient nourris avec des substances chimiques. Pour tenter de mettre fin à la polémique, le lobby a décidé de diffuser un communiqué.

Les saumons d'élevage norvégiens font des vagues. Selon une enquête du magazine d'information "Envoyé spécial", diffusée le 7 novembre sur France 2, ces poissons seraient nourris avec des substances toxiques.

Les saumons seraient également aspergés de produits chimiques, afin d'éviter l'apparition de poux de mer. En surpopulation dans leur cage, les poissons en sont infestés très facilement. Une autre méthode est utilisée et consiste à introduire un "poisson nettoyeur" (dit "vieille commune") dans les bassins afin de manger les poux présents sur la peau des saumons.

"Dans les saumons, on trouve du diflubenzuron et toutes sortes de produits chimiques. C’est dégoûtant, ces trucs. Vous savez le saumon norvégien, c’est la nourriture la plus toxique du monde", a déclaré un militant écologique aux journalistes d’"Envoyé spécial".

La polémique n’a pas mis longtemps à éclater après la diffusion du reportage. Ainsi, le lobby du Centre des produits de la mer de Norvège (CPMN) a diffusé un communiqué en réponse à l’enquête, pour tenter de se défendre. On peut y lire que "des résultats récents informent que le saumon norvégien est parfaitement sûr et sain" et que l’élevage de saumon est "une activité transparente, réglementée et contrôlée".

Cependant, certains arguments avancés dans le communiqué laissent sceptique : "Tous les tests effectués sur le saumon d’élevage norvégien sont faits en accord avec la législation européenne et norvégienne. Ils sont rendus publics sur le site web du Nifes." Or, dans l’enquête d’"Envoyé spécial", on apprend qu’une ancienne chercheuse de l’Institut de Nutrition et de la Recherche des Fruits de Mer de Norvège avait découvert que de l’éthoxyquine était présent dans la nourriture des poissons. Cette substance toxique aurait des effets très néfastes sur le cerveau humain. Suite à cette découverte, l’employée a décidé de démissionner.

Le site Rue89 rappelle qu’en juin dernier, le gouvernement norvégien a émis "une nouvelle recommandation, forcé de reconnaître – tardivement – que ce poisson gras est aussi bourré de produits toxiques". Malgré tous ses efforts, le lobby pourrait avoir du mal à se défendre d’une accusation aussi grave. Le saumon est la deuxième ressource économique de la Norvège, après le pétrole.

--> Retrouvez plus de news Glamour !

LIRE LA SUITE
Hélène Pagesy
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.