Actuellement en kiosque !

GL cover mag Novembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

"L’Amour est dans le pré" : Thomas Menant accusé de cruauté envers un cheval

"L’Amour est dans le pré" : Thomas Menant accusé de cruauté envers un cheval

En mars dernier, Thomas Menant, candidat de "L’amour est dans le pré" cette année, a laissé agoniser un cheval pendant 24 heures sous une bâche. Son procès se tiendra le 6 septembre à Amiens.

Mise à jour du 30.07.13

Hier soir Thomas Menant, candidat de L’amour est dans le pré, a enfin réagi aux accusations qui lui sont portées depuis ce week-end. Il s’est confié au magazine Télé Loisirs et au Parisien à qui il a expliqué que ce poulain était âgé de 8 mois et qu’il souffrait depuis une dizaine de jours, "une myopathie atypique", a précisé l’éleveur. Cette maladie rend difficile les déplacements du cheval qui est victime de tremblements musculaires et de sudation. La maladie peut très vite évoluer et beaucoup de chevaux sont retrouvés morts.

"J'ai moi-même soigné ce poulain, en lui injectant plusieurs doses de calmants, et non pas d'euthanasiants, comme il a été dit ici et là, pour calmer ses douleurs, en sachant qu'il était vraisemblablement condamné", a-t-il confié à Télé Loisirs. "Je suis contre l'euthanasie : mon choix est de laisser faire la nature", a ajouté Thomas Menant pendant cette interview. D’autre part, il a confié au Parisien qu’il n’avait pas jugé nécessaire d’appeler un vétérinaire car l’animal n’était pas dans d’atroces souffrances. S’il dit assumer son choix, l’éleveur regrette de n’avoir demandé à personne de veiller sur le poulain – "on a beaucoup de chevaux", a-t-il expliqué au journal.

"En partant pour Paris, je l'ai laissé dehors, à la pâture.[…] J'ai pris soin de le recouvrir non pas d'une bâche mais d'une couverture de soin prévue pour les chevaux." Dans Le Parisien, l’éleveur a précisé qu’il avait installé la dite bâche pour faire paravent. L’éleveur est aussi revenu sur les raisons de son absence, ce fameux 5 mars dernier. Contrairement à ce qui a été dit dans la presse, l’éleveur ne se serait pas déplacé pour le tournage de l’émission – Fremantle, qui produit L’amour est dans le pré,  a confirmé qu’aucun tournage n’avait lieu à cette date – mais pour suivre une formation agricole. "Je consacre ma vie aux chevaux depuis dix ans. Cette affaire est vraiment regrettable", a-t-il ajouté. Prochain épisode le 6 septembre prochain au tribunal d’Amiens.

Si Thomas Menant avait mis des étoiles dans les yeux de ses prétendantes lorsqu’il avait débourré une jument craintive dans un épisode de L’amour est dans le pré, la nouvelle annoncée par le Courrier Picard a dû les refroidir. Samedi, le journal a en effet indiqué que l'éleveur de chevaux le plus connu de la Somme sera jugé en septembre pour "sévices graves, actes de cruauté envers un animal domestique apprivoisé ou captif".

En effet, le 5 mars dernier dans une prairie à Allery vers 9 heures, un homme a découvert un cheval à l'agonie, caché sous une bâche retenue par des pneus. Il est ensuite venu frapper à la porte du refuge animalier de Oisemont et a raconté toute l'affaire à deux des salariées qui se trouvaient là. Elles se sont alors rendues sur place. "Il était effectivement vivant. Il se débattait, on voyait qu'il souffrait", a raconté Cécilia, une des deux salariées, au Courrier Picard.

Les deux jeunes femmes ont décidé d’appeler un vétérinaire puis les gendarmes qui ont contacté Thomas Menant. Celui-ci a alors expliqué qu’il savait que l’animal était là mais qu’il le pensait mort. Il a ensuite ajouté qu’il était à Paris en tournage pour la saison 8 de L'amour et dans le pré - il rencontrait ses prétendantes - et qu’il ne pouvait donc pas se déplacer. Une enquête a été menée et a révélé que l’animal se trouvait sous la bâche depuis le lundi 4 mars, 8 heures. Autrement dit, le cheval a agonisé seul pendant 24 heures.

Soutenu par l’association 30 millions d’amis, le refuge Oisemont a décidé de porter plainte contre Thomas Menant. Le procès se déroulera le 6 septembre prochain au tribunal d’Amiens. Pour le moment, l’éleveur n’a pas réagi.

--> Retrouvez plus de news Glamour !

LIRE LA SUITE
Morgane Champommier
Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.