Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

La Russie dépénalise les violences domestiques

Les violences domestiques dépénalisées en Russie

Ce jeudi 12 janvier, la Russie a voté la dépénalisation des violences domestiques. Le motif invoqué ? "Préserver la tradition de l’autorité parentale".

Mise à jour 08/02/2017 : Ce mardi 7 février, Vladimir Poutine a définitivement promulgué la loi qui allège les peines pour les violences commises au sein du cercle familial. Le texte voté début février par les sénateurs réduit la peine encourue par l’agresseur, qui passe donc de deux ans d’emprisonnement au maximum à une simple amende, sauf en cas de violences graves ou de récidive. Les députés conservateurs à l’origine du texte l’ont présenté comme destiné à corriger une "anomalie" : le fait que les auteurs de violences domestiques étaient poursuivis au pénal, quand les violences commises en dehors du cercle familial relevaient du droit civil.

Ce jeudi 12 janvier, la Russie a voté en faveur de la dépénalisation des violences domestiques. Une décision choquante, portée par la députée ultra-conservatrice et présente du comité sur la famille et les affaires féminines,  Yelena Mizulina. "Vous ne voulez pas que les gens soient emprisonnés pendant deux ans et étiquetés comme des criminels pour le reste de leur vie pour une gifle" a-t-elle déclaré. Un argument, fallacieux, qui a pourtant fait mouche au parlement russe. "Dans la culture de la famille traditionnelle, les relations parents-enfants russes sont construites sur l'autorité de la puissance des parents. Les lois doivent soutenir cette tradition familiale" a-t-elle ajouté. Au total, 368 membres sur 370 ont validé la première lecture de cette loi. Un seul député a voté contre, un second s’est abstenu.

Un bilan lourd quand on sait que, en Russie, 36 000 femmes subissent quotidiennement des violences physiques conjugales. 26 000 enfants sont agressés par leurs parents, et 40% des crimes graves sont commis dans un contexte familial. Pourtant, si la proposition de loi venait à être définitivement adoptée, cela supprimerait toute possibilité pour les victimes de porter plainte. Les coups subis se payeraient en simple amende. Déjà en juillet 2016, Vladimir Poutine appliquait en quelque sorte la mentalité du "pas vu, pas pris", en dépénalisant les violences domestiques lorsqu’aucune blessure corporelle n’est visible.

LIRE LA SUITE
Maylis Casse
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.