Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

La campagne choc de Medecins du Monde contre le prix des médicaments

Une campagne censurée de Médecins du monde dénonce le prix des médicaments

L'association dénonce les profits colossaux des laboratoires pharmaceutiques dans une campagne... que vous ne verrez pas dans la rue.

La campagne de Médecins du Monde aurait du être ce matin sur les murs de nos villes. "Une leucémie, c’est en moyenne 20 000% de marge brute", "Bien placé, un cancer peut rapporter jusqu’à 120 000 euros", "Chaque année en France, le cancer rapporte 2,4 milliards d'euros". Dix affiches qui dénoncent la "rentabilité des maladies" due aux marges indécentes des labos pharmaceutiques.   

La campagne "le prix de la vie", créée par DDB, vise les prix hallucinants, et en constante augmentation, pratiqués par les labos pharmaceutiques : 41 000 euros pour le Sovaldi, médicament contre l’hépatite C chronique,100 000 euros pour le Keytruda, qui soigne le mélanome.

Des prix justifiés par l’industrie pharmaceutique par les coûts élevés de recherche et développement nécessaires à  la mise au point D'un médicament innovant et efficace. "En réalité, une grande partie de la recherche médicale se fait dans le secteur public (universités, instituts) et est financée par l’argent public (bourses, crédit d’impôt de recherche)", répond l’association, qui reproche aux labos de gonfler ces coûts, qui sont confidentiels…  Ainsi, un traitement de trois mois contre l’hépatite C est vendu 41.000 euros par patient, alors qu'il coûterait moins de 100 euros à produire, selon l’estimation d’un chercheur de l'Université de Liverpool.

Résultat : le secteur pharmaceutique est plus lucratif que l’industrie pétrolière. Et ces prix exorbitants pèsent sur notre système de santé. Le risque, c’est que notre assurance-maladie ne puisse plus supporter le remboursement de traitements dont doivent pourtant bénéficier des milliers de malades.

Un brevet de 20 ans protège les innovations thérapeutiques : pendant ce temps, il est interdit de produire des génériques. Mais l’Etat, dénonce Médecins du Monde, a déjà les moyens légaux de suspendre temporairement un brevet et d’ouvrir le marché à la concurrence pour produire ou importer des génériques, avec pour résultat des prix bien moins élevés.

Si on ne pourra pas voir la campagne dans les lieux publics ce matin, c'est parce qu'elle a été refusée par l'ensemble des réseaux d'afficheurs en raison… d'un risque de réactions négatives de la part de l'industrie pharmaceutique et du caractère potentiellement choquant de la campagne !  Ils renvoient vers l’avis négatif de l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité qui n’a qu’un avis consultatif.   

Retrouvez les visuels et les explications sur le site de la campagne de Médecins du Monde, où l’on peut aussi signer la pétition.

 

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.