• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

JO 2016 : le cliché saisissant de deux beach-volleyeuses fait le tour du web

Jeux Olympiques 2016 : quand l’Egypte affronte l’Allemagne au beach-volley

Alors que l’Égypte et l’Allemagne s'affrontaient lors d'un match de beach-volley sur la plage de Copacabana, le 7 août 2016, aux Jeux Olympiques de Rio, un cliché a fait le tour du monde en un rien de temps. Un arrêt sur image saisissant.

A gauche : l’Egyptienne Doaa El-Ghobashi, en survêtement et hijab. A droite : l’Allemande Kira Walkenhorst, en bikini. Seulement un filet de beach-volley sépare les deux femmes, alors qu’elles s’affrontent dans un match effréné aux Jeux Olympiques de Rio 2016. Et le contraste entre les deux tenues des joueuses est saisissant. L’instant a été capturé par la photographe britannique Lucy Nicholson, le 7 août 2016. Ni une, ni deux, le cliché a fait le tour des réseaux sociaux et a été amplement relayé. Son symbole ? L’unité des jeux et la paix entre les nations.

A noter : l’Egypte a envoyé pour la première fois de son histoire les deux premières représentantes de beach-volley féminin, Doaa El-Ghobashi et Nada Moawad. Les Egyptiennes ont toutefois été vaincues dans ce premier match du tournoi olympique en deux sets (21-15, 21-12) par les Allemandes Kira Walkenhorst et Laura Ludwig. Depuis 2002, les joueuses de beach-volley ne sont plus obligées de jouer en bikinis lors des compétitions. Et elles peuvent tout aussi bien concourir voilées. Seule contrainte ? Elles doivent obtenir l’accord de leur fédération.

LIRE LA SUITE
Sarah Jobert

Dans cet article :

Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.