Actuellement en kiosque !

GL cover mag Novembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

Indonésie : les femmes doivent passer des tests de virginité pour entrer dans la police

Indonésie : les femmes doivent passer des tests de virginité pour entrer dans la police

L’organisation Human Rights Watch (HRW) a dénoncé dans un rapport publié ce mardi 18 novembre, que la pratique de tests de virginité pour les femmes voulant entrer dans la police en Indonésie était "discriminatoire" et "humiliante".

Le mode de recrutement des femmes policières en Indonésie vient d'être épinglé dans un communiqué de Human Rights Watch, publié ce mardi 18 novembre.

En effet, les femmes qui désirent entrer dans la police doivent être vierges et célibataires. Pour s'assurer qu'elles possèdent ces deux critères, les autorités les obligent à passer des examens de virginité. Une pratique justement jugée "discriminatoire" et "humiliante" par l’organisation HRW qui a demandé ce mardi 18 novembre au plus grand pays musulman de mettre fin à cette méthode dans son rapport. Ces modes de recrutement "font du mal aux femmes et les humilient", a dénoncé Nisha Varia, directrice adjointe chargée des droits des femmes au sein de HRW. "Les responsables de la police à Jakarta doivent immédiatement et sans équivoque abolir ces tests et s'assurer ensuite que l'interdiction soit respectée partout dans le pays" a-t-elle ajouté. Les femmes sont contraintes de se mettre nues devant des femmes médecins qui les soumettent au "test des deux doigts", une méthode jugée "archaïque et largement discrédité", selon l’ONG internationale. L’organisme a déjà recueilli de nombreux témoignages de femmes qui ont passé le test, plus poignants les uns que les autres, notamment celui d’une jeune de 19 ans ayant subi cette pratique à Pekanbaru, dans l’île de Sumatra : "Je ne veux pas me rappeler de ces mauvaises expériences. C'était humiliant - Pourquoi devrait-on se déshabiller devant des inconnus ? Ce n'est pas nécessaire. Ça doit s’arrêter" a-t-elle déclaré. De son côté, la police indonésienne nie les faits et ne reconnaît simplement que faire passer un "test de santé complet" aux femmes comme aux hommes, afin de s’assurer qu’ils ne sont pas porteurs de maladies sexuellement transmissibles. Aujourd’hui, les femmes ne représentent que 3 % des effectifs de la police indonésienne qui compte près de 400 000 agents.  

--> Retrouvez plus de news et d'actualités sur Glamour.fr !

 

LIRE LA SUITE
Anaëlle Jalef
Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.