• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Octobre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Henri Guaino insatisfait de son salaire de député

Henri Guaino insatisfait de son salaire de député

Le député des Yvelines Henri Guaino a déclaré au magazine VSD se trouver "très mal payé", aux vues des fonctions qu'il exerce.

En voilà un qui sait chauffer les esprits ! Invité à déjeuner par Paul Wermus, journaliste chez VSD, le député des Yvelines Henri Guaino s'est plaint de ses conditions de travail et de sa rémunération mensuelle.

"On est très mal payés. On travaille dans des conditions déplorables, à cela s'ajoutent les soupçons. Le climat est vraiment pourri", a-t-il confié au journaliste. Un commentaire assez mal venu, lorsque l'on considère que chaque député gagne 5 148 net par mois, en plus de 5 770 € brut d'indemnités de frais de mandat, ainsi qu'une prise en charge des abonnements téléphoniques et des voyages SNCF en première classe.

D'autant qu'il ne s'agit pas de la première fois qu'Henri Guaino se fait entendre à ce sujet. En juillet 2012, alors qu'il était conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l'Elysée - et qu'il touchait 20 000 € de salaire par mois -, Guaino s'était déjà plaint de son bureau à l'Assemblée Nationale : "Je pourrais être dépressif quand je vois le cagibi dans lequel je travaille". Et d'ajouter : "Si les députés sont obligés de justifier chaque dépense, alors ils ne vont plus être des députés libres".

Des réflexions dérangeantes dans un climat de crise économique, où le SMIC est de 1430 € et le salaire moyen d'un Français se monte à 1 675 €.

--> Retrouvez plus de news Glamour !

LIRE LA SUITE
Amélie Frantelle
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.