Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Les végétariens seraient moins fertiles que les carnivores

Les végétariens seraient moins fertiles que les carnivores

Un régime alimentaire qui prône les légumes et les fruits serait bon pour la longévité mais pas pour la fertilité des hommes qui se retrouve amoindrie d’après une étude de l’école de médecine de Californie du sud.

Vivre plus longtemps ou avoir des spermatozoïdes résistants, tel est le choix que devraient peut-être faire les gens qui décident de devenir végétarien. Comme le rapporte le Telegraph, les scientifiques de l’école de médecine de l’Université de Loma Lindo en Californie du sud se sont posé une question : le régime alimentaire affecte-t-il les spermatozoïdes ? Pour réaliser cette enquête, les chercheurs ont eu l'avantage de vivre dans une partie des États-Unis où se trouve une grande communauté de l’Église adventiste du septième jour, une branche chrétienne issue du protestantisme qui proscrit la viande.

Si l'Université de Loma Lindo a déjà prouvé que les membres de cette communauté vivaient 10 ans de plus que leurs concitoyens américains, l’étude de cette année a révélé que les hommes étaient moins féconds. Ainsi, en comparaison aux mangeurs de viande, les végétariens comptent 50 millions de spermatozoïdes par millilitre contre 70 pour les carnivores. De même, pour les premiers, seul un tiers des gamètes mâles sont actifs et résistants contre 60% pour les seconds. Cette déficience serait peut-être due à une carence en vitamine B12 et au remplacement de la viande par le soja. D’après le docteur de l’étude Eliza Orzylowska : "La théorie que nous avons mis en place est la suivante : les végétariens remplacent la viande par le soja qui contient des phytoestrogènes or cela pourrait jouer sur la fertilité", avant d’ajouter : "Pour les enfants qui grandissent et qui suivent ce genre de régime alimentaire, cela pourrait avoir un impact sur la qualité du sperme à la puberté". Comme le précise le docteur, le végétarisme est un choix de vie qu'un practicien ne peut interdire mais, selon elle, il serait préférable d’arrêter de consommer du soja 74 jours avant d’essayer de concevoir un enfant, car il s’agit du nombre de jours que prend un spermatozoïde pour se renouveler.

Comme le rappelle le Telegraph, une autre étude qui s’est déroulée à l’université d’Harvard sous l’égide de Jorge Chavarro a révélé que manger seulement des fruits et légumes provoquerait une faiblesse dans la fertilité des hommes mais cette fois à cause des pesticides. Cette question qui anime la communauté scientifique sera posée à la conférence annuelle la Société américaine de la médecine dans le domaine de la reproduction à Hawaii. Les études de Jorge Chavarro et Eliza Orzylowska y seront présentées.

--> Retrouvez plus de news et d'actualités sur Glamour.fr !

LIRE LA SUITE
Nolyne Cerda
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.