Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Éviter la prison aux "cols blancs" : l'amendement aberrant de certains députés UMP a été retiré

Christian Jacob, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale. Photo : AFP

En plein débat sur la réforme pénale de la garde des Sceaux Christiane Taubira, l'amendement proposant d'éviter la prison aux "cols blancs", soit les criminels financiers, a finalement été retiré.

Éviter la prison aux délinquants en cols blancs ? C’est l’un des nombreux amendements déposés par certains députés UMP afin de combattre la réforme pénale de la ministre de la Justice, Christiane Taubira. La proposition a finalement été retirée mercredi 4 juin en fin de matinée.

Cet amendement proposait que "seuls les crimes qui portent atteinte à une personne physique" pouvait être passible d'une peine d'incarcération, évitant donc l’emprisonnement aux auteurs de crimes financiers. "Les autres crimes, qu’ils soient financiers ou autres, doivent bénéficier de peines adaptées, comme des travaux d’intérêt général, l’interdiction d’exercer la profession qui les a conduit à ce crime ou encore des amendes adéquates, qui seront définies par décret", explique ainsi l’amendement. Une proposition aberrante, qui arrive peu après l’affaire Bygmalion et dont plusieurs membres du parti n’ont eu vent que très récemment. Mercredi 4 juin en direct sur BFMTV, Christian Jacob, le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, admettait être "incapable de répondre" aux questions posées à ce sujet par le journaliste Jean-Jacques Bourdin.

--> Retrouvez plus de news et d'actualités sur Glamour.fr !

LIRE LA SUITE
Anne-Yasmine Machet
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.