Actuellement en kiosque !

GL cover mag Décembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

Etude : être misogyne est mauvais pour la santé des hommes

Etude : être misogyne est mauvais pour la santé des hommes

On le savait déjà, être un homme misogyne et sexiste ce n’est pas bien (surtout pour les femmes qui vous supportent et votre entourage qui ne partage pas votre point de vue). Mais récemment une étude américaine a démontré qu’en plus, c’était néfaste pour la santé.

D’après une étude publiée dans le Journal of Counseling Psychology, être misogyne serait non-seulement mauvais pour la société, mais également néfaste pour la gent masculine. En effet, les hommes ayant des comportements ou propos sexistes auraient plus de problèmes psychologiques que les autres, plus ouverts d’esprit.
"Généralement, les individus fortement ancrés dans une tendance très masculiniste tendent à avoir une santé mentale plus faible, et sont moins favorables à trouver une aide psychologique… " a confié Y. Joel Wong, Docteur à l’Université Bloomington dans l’Indiana, au site StyleCaster.

Les chercheurs proposent également des clés pour reconnaître ces misogynes en puissance (même si sur le papier cela ne nous semble pas bien compliqué à détecter.) Les hommes concernés se considèrent comme des playboys, et se sentent supérieurs aux femmes. Sans oublier un contrôle total de leurs émotions, un désir de dominance et de pouvoir, et un profond rejet de l’homosexualité…

Il y a donc une justice ! Bref, Donald Trump a du souci à se faire.

LIRE LA SUITE
Shanon Clotilde

Dans cet article :

Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.