• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Etude : de nombreuses sucreries contiendraient des particules toxiques

Etude : de nombreuses sucreries contiendraient des particules toxiques

Selon une étude menée par le magazine français "60 millions de consommateurs", la plupart des bonbons et gâteaux vendus en grandes surfaces contiendraient des "nanoparticules", des substances potentiellement toxiques pour la santé.

Contrairement à ce qu’affirment les industries agroalimentaires, de nombreuses sucreries et gâteaux vendus en supermarché contiendraient des additifs à base de substances toxiques (oxyde de fer, silicium, dioxyde de titane) appelées scientifiquement  "nanoparticules". Pour obtenir ce constat, 60 millions de consommateurs a testé 18 produits sucrés. Résultat : tous les échantillons contiennent des particules de dioxyde de titane. Par exemple, des biscuits Napolitain de Lu en comptent à hauteur de 12%, les gâteaux glacés Monoprix Gourmet à 100%, et les M&M’s à 20%.

Concernant les risques pour la santé, les chercheurs ont affirmé qu’ils ne connaissaient pas tous les effets de cette substance sur le corps humain : "On sait que les nanoparticules (…) peuvent passer la barrière intestinale et se retrouver dans différents organes, comme le foie, le cœur, les poumons, et on ne sait pas encore ce qu’elles peuvent devenir", a expliqué Patricia Chairopoulos, co-auteur de l’étude. Par ailleurs, ce rapport dénonce aussi le manque de vigilance de la part des industriels qui ne signalent pas sur les emballages la présence de ces particules. Raison de plus pour remplacer les friandises par des fruits bio !


LIRE LA SUITE
Ava Skoupsky

Dans cet article :

Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.