Actuellement en kiosque !

GL cover mag Novembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

Est-on moins intelligent que la moyenne quand on écoute Beyoncé ?

Est-on moins intelligent que la moyenne quand on écoute Beyoncé ?

Le site "Virgin Griffith" - connu pour sa capacité à trouver qui a publié sur Wikipedia - vient de dévoiler une étude (non scientifique) qui compare les résultats de l’examen américain SAT à ce que les élèves qui passent le test écoutent.

Définir l’intelligence des individus en fonction de la musique qu’ils écoutent, c’est la nouvelle activité devenue une étude non scientifique du site américain Virgil Griffith, plus connu sous le nom de "Wikipedia Scanner". Virgil Griffith s’est saisi des données de Facebook pour déterminer les musiques préférées des étudiants de différents lycées des États-Unis puis les a comparées aux scores qu’ils avaient obtenu au SAT (Scholastic Aptitude Test).

En effet, les lycéens américains doivent passer un examen à la fin de leur scolarité qui n’a pas la valeur d’un diplôme mais plutôt d’un sésame pour intégrer une université. De cette épreuve en résultent des notes allant de 600 à 2400 points, sachant que les résultats en dessous de 1000 points sont considérés comme faibles. Au total, ce sont 1 352 établissements américains qui sont passés au crible de Virgil Griffith. Ainsi, l'infographie révèle que les élèves qui écoutent du rap, du R’n’B ou de la pop (Beyoncé ou Lil Wayne) sont les plus "bêtes" comme le site les définit ; les fans des Beatles, de Frank Sinatra ou Bob Marley sont ni mauvais ni bons contrairement à ceux qui préfèrent la musique classique comme Beethoven ou encore Radiohead qui, eux, sont "intelligents".

Infographie de Virgin Griffith.

Des résultats qui nous laissent perplexes quand on s'aperçoit que le gospel ou le jazz sont davantage plébiscités par les personnes ayant eu de moins bons résultats que ceux qui écouteraient le groupe U2. Cette étude apparaît sans fondement et se retrouve biaisée par le simple fait que le SAT n’est pas passé par tous les jeunes Américains. En effet, les études sont si chères aux États-Unis que les plus pauvres n’y ont pas accès ou alors ne peuvent repasser le test SAT comme il l’est permis en payant à chaque fois 50 dollars. De même, cela semble très réducteur d’affirmer que les "intelligents" écoutent de la musique classique et les autres du rap. Sans parler que cela fait ressurgir de vieux stéréotypes qui sont de véritables stigmates issus du racisme encore très présent dans le pays. Enfin, l’étude perd toute crédibilité en se servant des "Like" Facebook, qui sont souvent des pulsions et non pas des choix murement réfléchis.

--> Retrouvez plus de news et d'actualités sur Glamour.fr !

LIRE LA SUITE
Nolyne Cerda

Dans cet article :

Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.