Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

En Arabie Saoudite, une censure publicitaire transforme une femme en ballon

En Arabie Saoudite, la chaîne de supermarchés Saco a transformé une femme en ballon dans une campagne publicitaire pour une piscine.

A l’occasion de la période du ramadan, la chaîne de supermarchés saoudienne Saco a lancé un nouveau catalogue de soldes. Sur les photos, on trouve des piscines, des hommes, des enfants et même des ballons gonflables, mais pas de femmes...

Une internaute, @SilentRuins, a tweeté ce dimanche 4 juin un avant/après de cette campagne aussi hilarante qu'affligeante. On y voit d’un côté une joyeuse famille – père, mère et leurs trois bambins se baignant dans leur joli piscine en plein été – et de l’autre, la même petite famille en apparence, vêtue déjà de maillots couvrant beaucoup plus leur corps. Mais quelque chose attire notre attention... Qui peut bien manquer à l’appel ? C'est la mère, qui a été remplacée grâce à Photoshop par un ballon gonflable Winnie L’Ourson.

Ces photos avaient déjà été publiées dans le catalogue de la chaine de supermarchés en 2016, mais c’est aujourd’hui qu’elles suscitent l’indignation des internautes les partageant en masse sur les réseaux sociaux.

Dans un pays où les femmes doivent porter une longue abaya noire et se couvrir entièrement les cheveux, il est impossible de les voir “non couvertes“ dans les publicités. Ce n’est pas la première fois que des femmes disparaissent des catalogues publicitaires en Arabie Saoudite. En 2012, Ikea les avait effacé de son catalogue, créant la polémique en Suède.

LIRE LA SUITE
Jeanne Loriotti
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.