Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Éducation sexuelle en maternelle : les étranges SMS qui ont vidé les écoles

Vincent peillon

Des parents d’élèves ont reçu d’étranges SMS leur indiquant que leurs enfants allaient suivre des cours d'éducation sexuelle dès la maternelle. Une rumeur qui a fait exploser l’absentéisme...

Ce n'est pas une épidémie de varicelle qui a vidé les écoles de Meaux (Seine-et-Marne) et de Montbéliard (Doubs), mais bien d'étranges SMS envoyés aux parents d'élèves de maternelle depuis vendredi 24 janvier, indiquant que leurs enfants suivraient à l'école des cours d'éducation sexuelle et apprendraient comment fonctionne la masturbation.

Et le subterfuge a fonctionné. En effet, la rumeur qui s'est propagée devant les écoles et sur la Toile a engendré un fort taux d'absentéisme : "20% des écoliers de la zone urbaine sensible de Beauval ont manqué la classe [...] Le plus fort taux d'absence a été atteint à l'école primaire Binet, située dans cette même ZUS, avec 40% d'absents", a révélé mardi 28 janvier Le Parisien. Les SMS, qui ciblaient essentiellement la communauté musulmane, affirmaient que les enseignants allaient apprendre la théorie du genre aux enfants par des cours d’éducation sexuelle. Mais que disaient ces messages ? À Meaux les parents ont reçu "L'Éducation nationale va enseigner à nos enfants qu'ils ne naissent pas fille ou garçon comme Dieu l'a voulu mais qu'ils choisissent de le devenir. Avec des intervenants homos et lesbiennes qui viendront leur bourrer la tête d'idées monstrueuses..."; à Montbéliard, trois SMS ont circulé chez les parents d’élèves où l’on pouvait lire : "L'éducation sexuelle prévue à la rentrée 2014 en maternelle. Avec démonstration" ou "Voilà qu'ils s'interrogent sur le fait d'enseigner à nos enfants de 4 ans comment se masturber !" ou encore "Les parents parlent de peluches en forme de pénis et de vagin qui seraient présentées aux enfants pour distinguer les genres", a dévoilé l’Est Républicain.

Les messages qui ont frappé de stupeur les parents d’élèves ont immédiatement laissé place à une autre question : qui est l’instigateur de cette rumeur ? Pour l'académie du Doubs comme pour les enseignants de Seine-et-Marne il s’agit de Farida Belghoul, une militante proche de l'essayiste Alain Soral, contre l'introduction de la "théorie du genre" à l'école. Selon elle, "Les ABCD de l'égalité à l'école" – une mesure actuellement expérimentée dans une dizaine d'académies et dont le but est de réduire les inégalités homme-femme à travers un apprentissage visant à respecter l'autre sexe - "inculquerait de façon masquée l'idéologie du genre aux petits, ce qui risquerait de les faire douter de leur identité sexuelle", a-t-elle déclaré dans une interview accordée à l’hebdomadaire franco-turc Zaman.

Pour éviter l’affolement, le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon a assuré qu’une "éducation à l'égalité fille-garçon" serait proposée.  "Il y a un certain nombre de parents qui, m'a-t-on dit, ont été inquiets, se sont laissés prendre à cette rumeur totalement mensongère selon laquelle (...) à l'école, on apprendrait aux petits garçons à devenir des petite filles […] Tout ça est absolument faux, il faut cesser", a-t-il déclaré mardi 28 janvier dans un communiqué.

En vérité, cette mesure expérimentée dans près de 600 classes, à la rentrée de septembre 2014, visera à assurer la "transmission des valeurs d'égalité et de respect entre filles et garçons." Mais ces propos réussiront-ils à rassurer les parents destinataires des SMS et surtout, comment Farida Belghoul s'est-elle procurée les numéros de téléphone ?

--> Retrouvez plus de news Glamour !

LIRE LA SUITE
Victoria Laurent
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.