• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

#Droptheplus : l'étiquette des mannequins grande taille remise en question

stefania ferrario mannequin grande taille diktat minceur twitter

L'Australienne Stefania Ferrario a décidé de mener un combat contre l'appellation "grande taille" pour les mannequins. En lançant le hashtag #Droptheplus, elle tient à ce que toutes les femmes soient logées à la même enseigne.

Les mannequins grande taille se rebellent. Il y a un mois, l’Australienne Stefania Ferrario a lancé le hashtag #Droptheplus (qui signifie "abandonner le plus") pour lutter contre le diktat de la minceur qui fait d’elle une "plus size". ###Twitter### Egérie de la marque de lingerie de Dita Von Teese, la blonde aux cheveux courts compte bien se faire entendre à travers les réseaux sociaux en rassemblant le plus de femmes femmes autour de cette nouvelle initiative. L’idée est que les mannequins de cette catégorie ne soient plus considérées comme différentes ou hors normes, mais simplement normales. Sur une photo postée sur son compte Instagram, elle déclare : "je suis mannequin, point barre. Malheureusement, dans l’industrie du mannequinat, si vous faites plus qu’une taille 36 vous êtes considérées comme plus size (…) je ne suis pas fière d’être appelée "plus" mais je suis fière d’être appelée "mannequin", c’est ma profession". Si Stefania Ferrario a choisi Twitter comme moyen d’expression, elle compte bien aller jusqu’au bout de son projet et rassembler le plus de femmes autour de son combat. Parmi les premières à l'avoir suivie, Robyn Lawley, mannequin pour le numéro special maillots de 2014 de Sports Illustrated, qui se dit "mannequin avant tout" et Ashley Graham qui a déclaré en février dernier : "je suis un mannequin grande taille depuis 15 ans, il n'y a aucune honte à cela. Vous pouvez m'appeler "plus size" mais à la fin de la journée, je sais qui je suis, je suis un top avant tout". Cette dernière a d'ailleurs séduit plusieurs magazines, comme Harper’s Bazaar ou Vogue.

Quoi qu'il en soit, l'appellation grande taille continue de diviser au sein de la profession. Certaines comme Laura Wells ont, au contraire, toujours revendiqué l’appellation plus size et assument le fait de ne pas répondre au diktat de la minceur. Il n'en demeure pas moins que l'initiative #droptheplus pose une vraie question de fond : pourquoi les mannequins dits "plus size" doivent être cantonnés aux shootings des magazines Spécial Rondes ?

--> Retrouvez plus de news et d'actualités sur Glamour.fr !

LIRE LA SUITE
Léa Cardinal
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.