• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Octobre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Clash ONPC : pourquoi on ne veut pas prendre parti entre Sandrine Rousseau et Christine Angot

Sur le plateau Sandrine Rousseau a fini en pleurs

Le samedi 30 septembre 2017, les téléspectateurs de France 2 ont assisté au clash violent entre la romancière Christine Angot et la femme politique Sandrine Rousseau sur le plateau de l’émission "On n’est pas couché". De nombreux médias ont pris parti pour l'une ou l'autre. Chez Glamour, on n'a pas eu envie de trancher. Voici pourquoi.

Lors de l’enregistrement de la dernière émission d' On n’est pas couché, animée par Laurent Ruquier, une vive altercation est survenue entre Sandrine Rousseau et Christine Angot. La raison ? Alors que l'ancienne secrétaire du parti politique les Verts était invitée sur le plateau pour faire la promotion de son livre Parler, dans lequel elle plaide pour une libération de la parole des victimes d'agressions sexuelles, la chroniqueuse s’est emportée au point de quitter le plateau. Une scène qui a fait le tour du Web et a été signalée au CSA près d'un millier de fois.



Depuis, les médias comme le public ont pris parti pour l'une ou l'autre. Dans cette séquence, on a vu un clash violent certes, mais deux victimes face à face, incapables de s’écouter. La première (Sandrine Rousseau), est victime d’une agression sexuelle présumée de Denis Baupin (l'affaire a été classée sans suite pour prescription). Pour elle, la manière la plus efficace d'extérioriser le traumatisme est d'en parler. Pour l’autre (Christine Angot), qui a été violée par son père durant son enfance, la parole ne sert à rien pour soulager la souffrance."Je ne peux pas entendre ça. Il n'y a personne qui peut entendre la parole des victimes d'agressions sexuelles (...) On se débrouille", a lancé Christine Angot à son interlocutrice avant d'ajouter :"Vous ne pouvez pas parler au nom de toutes les femmes, vous auriez dû dire 'je' ! On ne peut parler que de son viol !" Face à ses propos, Sandrine Rousseau a répondu : "Vous n'imaginez pas la violence de ce que vous dites". Si on a beaucoup parlé de la forme (les larmes de l'une, la colère de l'autre), quid du fond  ? Peu importe la manière qu'elles ont choisi pour exprimer leur malaise profond, ces deux femmes méritent le respect et l'empathie. 

France 2, en quête de buzz ?

Comme le rapporte le magazine Slate, on peut se demander pourquoi la chaîne France 2 a choisi de montrer les larmes de la femme politique mais de couper au montage la scène ou la chroniqueuse "touchée au plus profond d’elle-même par l’optimisme politique de Rousseau" quitte le plateau ?
Malgré le bad buzz autour de cette altercation, cette séquence aura au moins le mérite de relancer le débat sur la place donnée aux victimes d'agressions sexuelles à télévision et ailleurs. 

LIRE LA SUITE
Ava Skoupsky
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.