• glamour-snippet-ysl-blackopium
  • Fashion Week Glamour

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
Inboard

Web : je protège mon image

Web réputation

Pour éviter de vous retrouver un jour en petite culotte dans Google images, Glamour.fr vous apprend à bien préserver votre Web-réputation en 8 étapes.

Que risque-t-on à mal contrôler son image sur Internet ?
A l'heure où les réseaux sociaux règnent en maîtres sur le Web, on risque pas mal de choses, évidemment : rumeurs, calomnies, réputation délurée... Une mauvaise gestion des informations nous concernant peut s'avérer parfois bien embêtante dans le monde du travail, surtout quand on est recherche d'emploi. Bref, on ne va pas vous faire un dessin, mais on vous conseille de visionner avant toute chose un excellent documentaire diffusé sur Canal + en octobre 2010 et réalisé par le grand reporter du Monde Yves Eudes, Ma Vie à Poil sur le Web (1ère partie ci-dessous). Belle entrée en matière.
 



Bien gérer son image en 8 étapes

Etape n°1 : On se "googlelise"
Traduction : on tape son propre nom dans la barre de recherche Google et on regarde ce qu'il sort. L'idéal, c'est de trouver une part de contenu professionnel équilibrée par rapport à la part de contenu personnel. Car parfois, mieux vaut ne pas totalement masquer le perso : une passion commune avec notre futur boss pourrait jouer en notre faveur. On pense donc à bien regarder partout, c'est à dire dans les images, mais aussi dans les vidéos. Et si on tombe sur des choses pas très catholiques, on fait quoi ? Rendez-vous aux étapes n°4 et 6.

Etape n°2 : On va faire un tour sur 123 People
Même principe que précédemment. On tape son nom dans la barre de recherche du site et on regarde en détail ce qui s'affiche. L'avantage du site 123 People, c'est qu'il classe par thèmes tous les endroits où notre nom apparait (images, vidéos, profils de réseaux sociaux, blogs, adresses email...) et ressort parfois des liens vieux comme le monde. Une bonne base pour commencer à faire le ménage.

 

Etape n°3 : On crée des "Google Alertes"
Google a mis au point un petit outil bien pratique, les alertes, qui permettent d'être averties par mail dès que du nouveau contenu sur un terme ou un nom qui nous intéresse paraît sur le moteur de recherche. Pour encore mieux contrôler ce qu'il sort sur nous, on s'en crée une à notre nom (Barre Google -> Plus -> Encore Plus -> Alertes) et on voit immédiatement dans quelle affaire on a encore trempé. On met bien son nom entre guillemets pour que toute l'expression soit lue par Google (ex : "Claire Dupont") et on s'en crée une deuxième dans l'ordre inversé (ex : "Dupont Claire"), car un nom peut aussi apparaître sous cette forme. Plus rien ne nous échappera.

Etape n°4 : On assure ses arrières
Pour assurer ses arrières comme pour enfouir son passé douteux, une solution se montre infaillible : on se crée des profils, même peu complétés, sur les réseaux sociaux professionnels (Viadeo, LinkedIn)... Le but de cette démarche est de faire remonter ces liens dans les premiers résultats de Google et Google Images quand on fait une recherche sur notre nom. Comme par magie, les photos ou liens gênants qui s'affichaient tout en haut de la page perdent quelques rangs. Avec un peu de chance, ils passeront même en page 2. Malin, hein ?

Etape n°5 : On évite d'utiliser son nom complet sur les forums de discussion
Oui, parce que si on intervient sur un forum médical en s'épanchant sur notre mycose du gros orteil droit, notre boss et accessoirement tout notre entourage n'ont pas forcément besoin de le savoir... On utilise des pseudos, pardi !

Etape n°6 : On fait connaissance avec nos homonymes
Si on s'appelle Amélie Dupont, clairement, on a toutes les chances d'être confondues avec une autre. Dans ce cas fâcheux, il existe une solution : adopter définitivement partout sur le Web son deuxième prénom ou nom de famille (ex: "Amélie Loana Dupont"). On aura forcément beaucoup moins de résultats quand on tape un nom à rallonge. Si du contenu compromettant sort quand on recherche son propre nom alors qu'il concerne notre homonyme (ex : "Amélie Dupont, médium depuis l'âge de 4 ans..."), on peut toujours essayer de contacter la personne en question et de trouver un arrangement. Au pire, on précise partout : "Amélie Dupont, avocate (à ne pas confondre avec Amélie Dupont, médium)"...

Etape n°7 : On évite les mots de passe à 2 francs
L'idéal, pour éviter les black out, c'est de choisir le même mot de passe pour la plupart de nos accès sécurisés... à condition qu'il soit très fiable. C'est à dire tout sauf notre prénom, date de naissance, ou nom de notre animal de compagnie. En revanche, pour les sites qui nous renvoient par mail le mot de passe choisi une fois inscrites, on en prend un différent.

Etape n°8 : On ne divulgue pas sa date de naissance
Avec un nom, une date de naissance et une ville de naissance, on peut aujourd'hui se procurer un extrait d'acte de naissance et faire une carte d'identité. Divulguer notre date de naissance précise sur Internet revient à laisser le champ libre aux usurpateurs d'identité. Si toutefois on veut quand même que nos amis puissent recevoir la notification sur Facebook que notre anniversaire tombe tel ou tel jour, on ne met que le jour et le mois. Ca marche aussi.

Merci à Mariane Hufschmitt, photographe, coach, formatrice en identité professionnelle et spécialiste des réseaux sociaux. Vous pouvez consulter son profil Viadeo ici et son profil LinkedIn ici.

LIRE LA SUITE
Marine Benoit
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.