• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Réveil : stop à la torture

Réveil

Si plus jamais, vous ne voulez entendre "Tu as la marque de l'oreiller sur la joue" à la machine à café, suivez ce petit guide en 5 points.

1. On choisit le bon réveil
Rien de pire qu'une alarme stridente pour se stresser le matin et être de mauvaise humeur. Alors bien sûr, la petite musique toute douce, c'est aussi un coup à ne pas se réveiller. On choisit le réveil de l'équilibre : avec une sonnerie dont le volume augmentera petit à petit ou une sonnerie intelligente (application Iphone SleepCycle), avec une lumière simulant le lever du soleil (L'Eveil Lumière de Philips ou le simulateur d'aube Solvital) ou, plus basique, avec une sonnerie douce programmée 10 minutes avant l'heure fatidique suivie d'une plus puissante, placée à l'autre bout de la pièce par exemple.
Reste l'option radio si vous êtes assurée qu'elle vous réveillera vraiment. Une étude californienne* a révélé qu'en 15 minutes, la musique classique a la capacité de faire baisser la tension artérielle. Plus précisément, la contrebasse, riche en harmoniques, reproduit les sons de la vie fœtale et permet au corps de mieux récupérer, les fréquences (comprises en 41 et 300Hz) étant ressenties par la totalité du corps. De la même manière, les voix chaudes et graves (autour de 40Hz) apaisent et dissipent les états de somnolence.
*Etude Boulder Creek de l'Institute of Heartmaths (Californie).

Cécile, 30 ans : "Le réveil à lumière progressive a vraiment changé mes matins : j'ai vraiment moins de mal à poser le pied par terre et je suis de moins mauvais poil. Le seul problème, c'est que mon mec hait ce truc".

2. On prend le temps d'émerger
Il faut environ 30 minutes pour émerger et reprendre pleinement conscience de son corps. On prévoit donc ce laps de temps, quitte à mettre son réveil une demi-heure plus tôt que l'heure à laquelle on devra impérativement avoir les deux yeux ouverts. A chacune sa méthode, le tout étant d'y aller en douceur.

Clara, 26 ans : "Quand mon réveil sonne, j'appuie sur le bouton de ma télécommande (programmée la veille sur ma chaîne d'infos préférée) et je mets le son au minimum. Petit à petit, je commence à ouvrir les yeux car c'est plus fort que moi, j'ai envie de savoir ce qu'il s'est passé dans le monde depuis hier. Et même si le journal télé n'est pas le truc le plus relaxant de la terre,  j'adore cette demi-heure au lit, devant l'écran."

3. On respire et on s'étire
Encore allongée, on prend plusieurs fois de suite une grande inspiration puis on expire l'air au maximum. On s'étire pour détendre ses muscles dans les positions de son choix. On s'assoit dans son lit, on incline la nuque tout doucement de gauche à droite et de bas en haut puis on se met debout. Là, on se grandit au maximum, sur la pointe des pieds, bras tendus vers le haut et on tient une dizaine de seconde, avant de se relâcher en courbant la tête et les épaules.

4. On prend une douche stimulante
Dix minutes sous une eau tiède (entre 35 et 38 °C) suffit amplement pour bien attaquer la journée. Plus froide, la douche revigore sur l'instant mais épuise l'organisme qui doit dépenser un maximum d'énergie pour se réchauffer. Plus chaude, on ne stimule pas franchement son corps (surtout si on a une mauvaise circulation du sang) et on se ramollit. Si son pommeau de douche le permet, on peut même s'accorder un petit massage avec une forte pression d'eau.

5. On mange !
Durant la nuit, même si l'organisme tourne à bas régime, il dépense de l'énergie. Ce repas doit donc couvrir entre 20 et 25 % des apports journaliers recommandés, soit entre 350 et 450 Kcal. L'idée n'est pas non plus de se plâtrer le ventre histoire de tenir jusqu'au déjeuner : on prend au moins une boisson chaude pour se réhydrater (thé, café ou chocolat), un laitage et des céréales (2 tranches de pain, un petit bol de muesli, ou encore 4 biscuits spécial petit déj'). Si vraiment on n'a pas d'appétit, on peut dissocier le repas au cours de la matinée.

Clarisse, 31 ans : "Je n'ai jamais eu d'appétit le matin, excepté les week-end où je peux me lever tard. Petite, ma mère me forçait à avaler quelque chose mais c'était toujours un moment douloureux. Aujourd'hui, j'ai trouvé la solution : j'ai mes gâteaux bio dans mon tiroir au bureau que je commence à grignoter vers 10h30, ma bouteille de jus de fruit au frais que je sirote toute la matinée, et la machine à café à disposition. Du coup, mon corps accepte ce petit déj' à rallonge".

6. On prend le temps de vivre...

Cheyenne, 28 ans : "Depuis que mon fils est né, le matin est un moment de ma journée à part entière et non plus une sorte de phase préparatoire ultra-chronométrée. Mon petit plaisir : quand je sors de la douche, je me sèche en me remettant sous la couette et je prends le temps de jouer un petit quart d'heure avec mon fils qui saute partout sur le lit."

Pour plus d'infos, "Pour garder sa zénitude" de Fanny Dalbera aux éd. Patch et "Pour être au top de sa forme" de Marie François.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.