Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

10 trucs pour une troc party réussie

Troc party1

La porte de l'armoire ne ferme plus ? La solution: se mettre au troc. Avec ce mini-guide, plus de raisons de ne pas passer à l'action.

C'est quoi le troc aujourd'hui ?
Ce principe d'échange vieux comme le monde revient aujourd'hui sur le devant de la scène, particulièrement concernant les vêtements. Un concept idéal pour se débarrasser de ses vieilleries en les échangeant contre celles des d'autres. Actuellement, de nombreuses "troc party" sont organisées autour d'un thème : vêtements d'enfants, accessoires, luxe ou cheap... Et finalement, pour en organiser une, il suffit d'un salon, d'un peu de temps libre, et de copines à la penderie bien garnie. A l'attaque.

Où trouver d'autres troqueuses ?
D'abord restreint au cercle privé, le troc s'est développé jusque dans le cadre associatif ou web-communautaire. Pour organiser sa troc party, autant s'informer chez les plus expérimentés : Do It In Paris, Troximity, Chacun sa tribu ou trocdefilles.fr aident les amatrices de troc à se rencontrer et à s'informer. Ce nouveau mode de consommation a poussé des amatrices comme Patricia et Mathilde de Chacun sa tribu à mettre en place une interface spécifiquement dédiée au troc sur le site. Les membres peuvent y rejoindre la tribu troqueuse de leur région et créer leur album de "Broc & Troc" pour échanger, soit en organisant un troc privé, soit en se retrouvant autour d’une troc-party publique. Par exemple, un samedi sur deux au Bric-à-Brac de la rue Oberkampf à Paris, ou une fois par mois à l’Antre Autre Café de la rue Terme à Lyon, les troqueurs se retrouvent. Prêt-à-troquer propose même aux particuliers une aide personnalisée, un suivi et des fiches pratiques. On peut aussi s'informer en jetant un oeil au blog de Marie Luv Pinkqui organise les Pasta Troc ou à celui de La Recessionista, une Marseillaise également fan de bons plans modesques. Les Glam' Troqueuses, elles, se trouvent du côté de Rennes.

Le jour J
Si on organise, on arrange la pièce d'accueil : on installe lesportants, les tables qui serviront d'étals et les cartons dont on dispose. On prépare aussi des panneaux afin de répartir les vêtements par taille. Pour les essayages, on n'oublie pas l'importance d'un ou de plusieurs miroirs, et on ouvre sa salle de bains ou sa chambre qui feront office de cabines d'essayages.
Que l'on soit l'organisatrice de la troc party ou juste une participante,on apporte son sac de fringues et on se fait un petit étal sous le regard avide de nos convives. Un carton ou un portant bien à nous peuvent nous aider à mieux présenter nos affaires aux troqueuses. Parallèlement, on jette un œil au butin des autres. Quand un objet nous plaît, il faut marchander : "Je t'échange ma robe Marc Jacobs contre ce haut Maje, cette jupe Sandro, et ces 3 tee-shirts Petit Bateau". Business is business. Car généralement, un nombre de points attribués à chaque vêtement et visible sur une étiquette permet d'indiquer sa valeur en tenant compte de sa qualité, de son état, de la marque et de la collection.

Bien sûr, on peut aussi toujours troquer en ligne sur les sites communautaires comme troc2filles.com ou encore I love troc ilovetroc.com.

S'organiser pour bien troquer
Pour troquer en toute sérénité, mieux vaut bien se préparer. Une fois que l'on s'est décidée à organiser une "troc party", on commence le tri. On choisit les vêtements à troquer tout en imaginant le moment où d'autres filles les embarqueront dans leur sac : si cette projection mentale n'est pas trop douloureuse, alors on valide la pile. On évite de refiler des vêtements troués, sales ou trop démodés, tout comme des sous-vêtements (question d'hygiène). Au préalable, on règlement aussi un peu le déroulement du troc : on précise le nombre d'articles acceptés, le thème s'il y en a un et l'état des vêtements acceptés. On peut aussi annoncer comment un objet qui plait à deux filles sera départagé (tirer à la courte-paille suffit la plupart du temps). Bref, on règlemente la petite fiesta.

Logiquement, à la fin d'un troc, onpeut récupérer ses pièces non échangées. Et là, on pense aux associations comme Emmaüs, le Secours Populaire ou aux "bennes relais", ces grands containers de rue dans lesquels on peut déposer à toute heure son surplus.
 

LIRE LA SUITE
Tiphaine Deraison
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.