• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Pilule : on fait enfin le point !

Pilule

Parce qu'on a entendu tout et n'importe quoi sur ce moyen de contraception, et que finalement, dans nos petites têtes, ça n'a jamais été vraiment limpide, on a décidé de revoir nos leçons avec le docteur Patricia Martel, spécialiste de la question.

La pilule fait-elle vraiment grossir ?
Les pilules nouvelle génération, moins dosées en œstrogènes, ne font plus prendre de poids comme ça pouvait être le cas il y a une trentaine d'années. Chez certaines femmes qui seraient néanmoins soumises à des problèmes de rétention d'eau, certaines pilules permettent aujourd'hui de lutter contre ce désagrément.

Quelle est la vérité sur l'association cigarette-pilule ?
Les risques du tabac associé à la pilule sont multiples, surtout après 35 ans : accidents cardio-vasculaires, phlébites, thromboses, ruptures d'anévrisme... Passé cet âge, il est donc vivement conseillé de ne pas prendre la pilule si l'on fume plus de 15 cigarettes par jour. Avant 35 ans, le fait de fumer ne contre-indique pas à priori la prise de la pilule, même si la jeune femme s'expose à plus de risques pour sa santé qu'une non fumeuse. L'idéal étant bien sûr d'arrêter de fumer ! En revanche, on entend souvent que la pilule associée à la cigarette diminue la fertilité : c'est plutôt la cigarette elle-même qui diminue nos chances d'avoir un enfant, pas la pilule.

Est-ce vraiment important de la prendre à heure fixe ?
Oui, car l'efficacité d'une pilule prise en retard peut être totalement compromise. Avec les pilules oestroprogestatives classiques, on a une marge de 12 heures pour prendre son comprimé en cas d'oubli. Passée cette limite des 12 heures, les choses deviennent un peu plus compliquées si l'on ne veut pas prendre le risque de tomber enceinte (voir question suivante). Dans le cas des pilules microprogestatives (prescrites par exemple chez les femmes qui allaitent), il est encore plus important de respecter l'horaire que l'on s'est fixé, car le délai d'efficacité n'excède généralement pas les 3 heures.

Comment je gère un oubli ou un retard de plus de 12 heures dans la prise ?
On prend tout de même le comprimé manqué (si l'on a pas déjà pris le suivant) mais on prévoit une contraception complémentaire comme le préservatif par exemple, pour les rapports sexuels qui auront lieu dans les 7 jours suivant l'oubli. En outre, si l'on a eu un rapport sexuel dans les 5 jours précédant l'oubli, on prend la pilule du lendemain en plus, car la fécondation survient quelques jours après le rapport sexuel.

On récapitule :  
Retard < 12h = pas de risque de grossesse, prise du comprimé oublié.
Retard > 12h = prise du comprimé oublié + préservatif durant le(s ) rapports sexuel(s) des 7 jours suivants + pilule du lendemain si rapport(s) sexuel(s) dans les 5 jours précédents.
Retard > 3 h avec une pilule microprogestative = même processus.

Pourquoi certaines femmes tombent-elles enceintes alors qu'elles n'ont manqué aucune prise ou eu aucun retard dans leur prise ?
Parfois, il suffit simplement d'avoir été malade pour tomber enceinte ! Plus clairement, il arrive que l'on rejette son comprimé si l'on vomit ou si l'on a des diarrhées importantes dans les heures suivant la prise. Dans ces cas-là, on conseille donc d'en prendre un autre. Des familles de médicaments peuvent également annihiler les effets de la pilule, comme certains antiépileptiques ou antimigraineux, des laxatifs ou encore des antibiotiques... Mieux vaut donc toujours signaler à son médecin que l'on prend la pilule.
 

Est-il conseillé de faire des "pauses" (je l'arrête 3 mois, je la reprends 6 mois...) ?
A vrai dire, ces arrêts ponctuels ne servent pas à grand chose. Il n'y a pas vraiment de danger à prendre la pilule en continu, pour une jeune femme qui ne présente aucun facteur de risque particulier. En revanche, si l'on n'a pas une vie sexuelle "régulière" pendant un temps et que l'on ne compte pas arrêter de fumer, cela peut être une bonne idée, tout en sachant que le préservatif utilisé seul ne constitue pas une méthode contraceptive suffisamment fiable. On préconise donc en l'absence de relation stable la double protection : pilule + préservatif (car seul le préservatif permet de se protéger des Infections Sexuellement Transmissibles).

Le fait de prendre la pilule depuis des années diminue-t-il la fertilité ?
Non. Une femme qui a pris la pilule pendant plus de 10 ans n'a pas moins de chance d'avoir un bébé qu'une femme qui ne l'a jamais prise. A partir du moment où l'on peut tomber enceinte à la suite d'un seul oubli, on peut tout aussi bien concevoir un enfant au lendemain de l'arrêt de sa pilule. Après, il est vrai que certaines femmes (avec certaines pilules) ont besoin de quelques semaines pour reprendre un cycle ovulatoire normal et tomber enceintes. N'oublions pas non plus qu'après 30 ans, la fertilité est de toute façon un peu diminuée...

On parle souvent de "fausses règles" avec la pilule ? Qu'est-ce que ça veut dire exactement ?
Les règles que l'on a sous pilule sont en fait ce que l'on appelle des "hémorragies de privations" et diffèrent quelque peu des règles dites "naturelles". Les règles naturelles sont, pour résumer, le résultat de la destruction de la muqueuse qui se forme chaque mois pour accueillir potentiellement un œuf. Les règles que l'on a sous pilule sont provoquées par l'arrêt brutal des hormones à la fin de la plaquette (pour les pilules prises sur 21 jours) ou par la prise des derniers comprimés inactifs (pour les pilules prises sur 28 jours). Les règles sous pilules sont d'ailleurs souvent moins abondantes, moins longues et moins douloureuses que les règles "naturelles".

A-t-elle une incidence sur la libido ?
D'une manière générale, le simple fait de se sentir à l'abri d'une éventuelle grossesse grâce à la pilule libère l'esprit, surtout au moment d'un rapport sexuel. Néanmoins, certaines pilules prescrites pour traiter l'acné (les pilules anti-androgéniques) peuvent diminuer la libido, tout comme certaines pilules faiblement dosées, qui n'occasionnent pas de "pic ovulatoire" - période au cours de laquelle les femmes voient généralement leur libido augmenter. Enfin,les pilules récentes très faiblement dosées en œstrogènes peuvent également entraîner des sécheresses vaginales, et donc rendre moins agréables les rapports.

Quelles sont ses effets sur l'acné ?
Toutes les pilules ne traitent pas l'acné. Mais il en existe qui ont un effet sur les androgènes, c'est à dire sur les hormones mâles responsables de ce désagrément. Ces pilules sont donc souvent prescrites pour diminuer l'acné des jeunes filles.

Merci au Dr. Patricia Martel, médecin généraliste, journaliste médical et auteure de "Un médecin vous parle de la contraception" aux éditions Potentiel d'Action.

LIRE LA SUITE
Marine Benoit
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.