Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Partir en vacances sans trop claquer

objetsvacances

Vacances en vue ! Un moment de pur hédonisme que notre banquier va nous faire regretter le mois prochain. Comment partir le cœur léger et revenir les poches encore pleines ? Voici quelques astuces pour éviter la très désagréable banqueroute post-vacances…

1. On arrête de tout prévoir.
Rien de plus couteux que de préparer 3000 activités par jour, musées, visites, excursions en groupe, à réserver à l’avance, non remboursables. En plus, c’est épuisant. Alors au lieu de suivre un groupe de 30 ricains dans un minibus climatisé en feignant être captivée par ce masque précolombien du 8ème siècle, on y va en transport local (il y en a toujours, il suffit de chercher un peu et c’est tellement plus convivial) et on prend un guide sur place, si vraiment on y tient à son masque… Au final on a vu les mêmes choses, on a payé 50 fois moins cher et on s’est bien marrés avec notre appétissant petit guide personnel…

2. On part hors saison.
OK c’est extrêmement rageant de se retrouver au bureau quand toutes nos collègues sont en train de se faire bronzer le minois à Goa. Mais, c’est un fait, les prix des chambres d’hôtel et des menus au resto passent généralement du simple au double entre mai et juillet, sans parler des billets d’avion. Un Paris-Bangkok aller-retour en plein mois de juillet coûte minimum 900 euros… En mai c’est 580 euros. D’autant plus que notre été français correspond à la suffocante saison des pluies dans l’hémisphère sud. Et puis quoi de plus jouissif que d’être au soleil mi-septembre ou fin-janvier, en bikini sur une plage déserte !

3. On voyage en lowcost
Et on est flexible sur les dates. OK, les avions sont un peu plus étriqués et on n’a pas notre petite tasse de thé vert, mais au moins, on économise des sommes non négligeables. Pour une pause croate de 5 jours weekend compris Easyjet prend à peine 100 euros, Air France le double ! De quoi se faire des petits plaisirs plus souvent…
Site de comparatif de toutes les compagnies lowcost au départ/arrivée des villes d’Europe ou du Maghreb : www.lowcost.fr
Lowcost du monde entier : www.bravofly.fr

4. On customize son i-phone.
En cas de mini budget mais de maxi ouverture d’esprit, l’application Easy Voyage nous permet de trouver les vols les moins chers en fonction du prix qu’on veut y mettre. Et non l’inverse. En gros, c’est notre téléphone qui choisit la destination de nos prochaines vacances ! Avec l’application ToucHotel, on compare les prix, on visite les chambres. En plus l’appli nous cherche un hôtel en fonction du quartier qu’on a choisi. Dormir pas cher à deux pas du Taj Mahal ? D’un touch, c’est trouvé. Et pour les galères de dernière minute, c’est l’appli HotelHotel qui l’emporte avec une google map pour situer les hôtels les plus proches du lieu où nous nous trouvons et un comparatif de prix ! Le tout gratuitement, évidemment.

5. On loge gratis
Il y a toujours moyen de se loger gratuitement pour peu qu’on prépare son coup à l’avance. Avec le couchsurfing, on squatte chez une bonne âme qui nous ouvre la porte de chez elle et nous fait une petite place douillette sur son canapé (ou dans la chambre d’amis). C’est sécurisé (les « logeurs » exposent leur profil sur les sites, les « logés » donnent leur avis), c’est convivial et avec un peu de chance on tombe chez le sosie célibataire de Patrick Dempsey.
Autre solution si on possède un joli appart en plein cœur de Montmartre ou une maison avec vue sur la dune du Pilat, on peut toujours l’échanger le temps de nos vacances pour un duplex à New York. Il suffit de s’accorder sur les dates avec les proprios de la maison élue pour le séjour. Ca ne coûte que l’inscription annuelle. Attention toutefois : heureuses propriétaires d’un charmant studio de 20 mètres carrés au 8ème étage d’une tour sans ascenseur à Créteil… oubliez cette option.

6. On apprend les rudiments de la langue.
La meilleure façon de ne pas être une touriste "comme les autres". Pleins d’avantages à baragouiner quelques mots. Déjà, ça nous permet de lier contact avec des gens qui peuvent s’avérer très sympas et nous donner les bons plans qu’ils ne dévoileraient pour rien au monde autrement : les vrais bons plans, pas ceux du Lonely. Enfin ça nous évite (un peu) les arnaques comme payer le taxi 6 fois plus cher ou ne pas voir que dans ce resto il y a deux menus/deux tarifs : un pour ceux qui comprennent et un pour les autres. La collection Assimil fait de fantastiques petits guides de conversation de poche qui proposent des "phrases de survie" dans presque toutes les langues. 50 grammes à ajouter absolument à notre kit-baroudeur.

7. On se la joue aventurière.
Parce qu’il n’y a rien de tel que le hasard pour nous réserver de bonnes surprises. On se perd. On sort des sentiers battus, on oublie le plan de la ville à l’hôtel. On prend le premier bus qui passe. On fait confiance à notre bonne étoile qui nous guidera forcément dans des coins sympas. Les guides de voyages n’indiquent principalement que les quartiers les plus touristiques, et les établissements qui en font la demande, et sont en général plutôt frileux dès qu’il s’agit de s’éloigner du centre-ville. Mais les coins plus isolés renferment souvent des trésors cachés qu’il ne faut pas manquer. En se baladant au petit bonheur on tombera peut-être sur la super auberge pas chère, le resto fabuleux, la boutique de créateur qui vient d’ouvrir. Notre maîtrise linguistique fera le reste. En plus, ça nous évite de passer nos deux seules semaines de vacances de l’année entourées de Français routards-râleurs.  On se renseigne toutefois un peu sur les endroits à éviter vraiment, s’il y en a. On a dit aventurière, pas kamikaze.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.