Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Je tarde à tomber enceinte, c'est grave ?

infertilité

Ca y est, on veut devenir maman. Tout est prévu, sauf que 6 mois se sont déjà écoulés et toujours rien… C'est la panique ?

Surtout, on se calme : un bébé ne se fait pas sur commande et tout peut influer sur la fertilité d’un couple. L’attitude à avoir dépend avant tout de notre âge. A partir de 35 ans, il faut agir et consulter un gynécologue, mais avant, pas d’affolement : on peut se donner 6 mois de plus avant de faire appel aux blouses blanches.

Quelques mesures d’hygiène de vie qui relèvent du bon sens peuvent expliquer qu’il ne se passe toujours rien:
-On ne fait pas assez souvent l’amour (tout simplement). Quand on décide de faire un bébé au bout de 10 ans de couple, on a parfois moins de désir que les jeunes mariés des générations précédentes. Pas la peine de muter en sex addict pour autant : un spermatozoïde vit cinq jours et trois rapports par semaine pendant toute la durée du cycle suffisent à ne pas rater l’ovulation. D’ailleurs, inutile de calculer sa date d’ovulation: elle est imprévisible et ça nous stressera davantage.
- On fume (clope ou autre) et c’est mauvais pour la fertilité (masculine et féminine).
- On fait trop de sport et ça retentit sur l’ovulation.
- On mange mal, trop ou pas assez. Comme le sport excessif, les troubles nutritionnels créent des problèmes d’ovulation.
- On prend des antidépresseurs ou certains psychotropes qui peuvent nuire à la fécondité.
Si au bout d’un an (ou 6 mois à partir de 35 ans), malgré ces mesures bien suivies, les tests de grossesse s’entêtent à être négatifs, c’est le moment de consulter son gynécologue (à deux) pour rechercher un éventuel problème d’infertilité.

Le bilan peut révéler plusieurs cas de figure :
- Tout est normal chez vous comme chez lui : il faut être patiente...
- Une hypofertilité due par exemple à des troubles de l’ovulation (règles rares, syndrome des ovaires polykystiques), une endométriose ou un petit déficit du sperme. A ce moment-là, deux possibilités :
soit on est jeune et on ne se précipite pas. En ayant des rapports sexuels réguliers, une alimentation équilibrée et en arrêtant de fumer, les choses s’arrangent en général dans les 3 ans... Soit on a plus de 35 ans (ou moins, mais le bilan a montré que nos ovaires étaient plus âgés) et on fait appel aux techniques de procréation médicalement assistée (PMA).
- Une infertilité totale d’un côté ou de l’autre (beaucoup plus rare, heureusement) : azoospermie pour monsieur, ménopause précoce, trompes bouchées (après une infection à chlamydia par exemple) ou malformation utérine pour madame. Heureusement, la PMA permet de venir à bout de certaines de ces situations.
Pour finir, un clin d’œil à Martin Winckler qui le répète à plusieurs reprises dans son site :
"Soyez patient(e)s ! Il y a moins de couples stériles que de couples trop pressés."

Merci à Christian Jamin, gynécologue et endocrinologue à Paris

LIRE LA SUITE
Camille Sorel
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.