Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Je peux arrêter de fumer en douceur?

Je peux arrêter de fumer en douceur?

Pour certains fumeurs,l’arrêt progressif est plus adapté que la méthode radicale. Six raisons de tenter le coup.

1. C’est moins angoissant Se direâ??: «â??J’arrête la clope d’après le caféâ??», c’est moins anxiogène que de se répéter en boucleâ??: «â??Fumer, moiâ??? Plus jamais.â??»


2. On teste les effets positifs En fumant moins, voire en faisant une «â??période d’essai d’arrêtâ??», on apprécie ses dents plus blanches, son haleine plus fraîche. Une phase d’apprentissage avant l’abstinence totale, en somme.


3. C’est validé par les autorités de santé Sur Quitterlacigarette.com, le site du laboratoire GSK, on trouve des informations sur le programme de préparation à l’arrêt Prépatch, qui permet de continuer de fumer tout en se patchant à la bonne dose pendant deux semaines. Cette méthode est validée par L’Agence française du médicament.


4. On reste soi-même On ne devient pas cette autre, frustrée, à cran… Si on est bien épaulée, par un médecin et/ou des substituts, on est moins irritable. C’est la nicotine qui calme (le manque). L’idée est donc de remplacer progressivement la cigarette (et les 4â??000 composés toxiques de sa fumée) par des substituts, puis par rien du tout.


5. Ça permet d’«â??apprivoiserâ??» la frustration Une manière de se préparer à l’arrêt est d’observer ses automatismes et de bousculer ses rituels… Sans fixette sur la prochaine cigarette, grâce à la béquille du substitut. C’est une amorce de déconditionnement pratiquée par les tabacologues et les «â??comportementalistesâ??».


6. On ne change pas de camp brutalement La cigarette fait partie de l’identité de certaines fumeusesâ??: le non-fumeur est jugé trop raisonnable alors que ces personnes-là, consciemment ou non, se voient rebelles, bonne vivantes… Diminuer sa consommation progressivement permet de ne pas se «â??trahirâ??» du jour au lendemain.

Merci au Dr Béatrice Le Maître, responsable de l’unité de tabacologie au CHU de Caen, à Stéphane Vagnarelli, psychologue à l’hôpital Avicenne (Bobigny), auteur de 12 exercices pour se passer de la cigarette (Odile Jacob) et à Agathe, Amélie, Aude, Justine, Stéphanie et Valéry.


Bon à savoir Tabac Info Service (3989), permet d’être mise en relation avec un tabacologue, du lundi au samedi de 9â??h à 20â??h.

LIRE LA SUITE
Sophie Mathé
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.