Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

J’ai tout le temps des mycoses

J’ai tout le temps des mycoses

Voici bien un problème devant lequel nous ne somme pas égales. Pendant que certaines en ont à peine entendu parler, d’autres passent leur temps à essayer de soigner cette gêne mal placée. Quelques astuces pour éviter les récidives.

Pourtant, je suis propre !

Peut-être même trop : un excès d’hygiène déséquilibre la flore vaginale et détruit les précieux lactobacilles qui forment une barrière naturelle. Résultat : l’acidité du vagin est modifiée et un champignon, le candida albicans se met à proliférer. Démangeaisons, brûlures, irritations : il ne reste qu’une chose à faire, consulter son gynéco qui, une fois le diagnostic confirmé, prescrira un traitement antifongique.

On oublie donc tous les savons trop agressifs ou désinfectants et on opte pour un soin d’hygiène intime au pH neutre qui préserve l’éco-système vaginal.

Je n’ose plus faire l’amour

En général, la mycose n’est pas sexuellement transmissible et le partenaire n’y est pour rien, le pauvre ! Le rapport sexuel a simplement réveillé 2 ou 3 colonies de candida albicans qui roupillaient tranquillement et c’est reparti pour une crise. La mycose elle-même a une action anti-lubrifiante et quand on a mal, le réflexe désir/plaisir/lubrification est court-circuité. Faire appel à un lubrifiant peut aider à prévenir les lésions mécaniques pendant les rapports.

Les antibiotiques, premiers coupables

Les antibiotiques déciment les germes et laissent la voie libre aux champignons (les corticoïdes font de même). Chez les malchanceuses qui ont aussi des cystites récidivantes, une cure de probiotiques pour aider à rétablir la flore vaginale associée éventuellement à un traitement antifongique préventif permet d’éviter la crise.

J’opte pour le coton

Dans des sous-vêtements synthétiques ou des jeans trop serrés, on transpire et cet environnement chaud, humide et acide plaît particulièrement aux champignons.

Pour éviter la récidive : on oublie les slims et on opte pour des culottes en coton lavables à 60°C.

Après la piscine

On ne garde surtout pas un maillot mouillé, car si le chlore favorise le développement des mycoses, c’est surtout le cocktail chaleur/humidité qui est en cause. Donc : rinçage à l’eau douce sans traîner suivi d’un séchage soigneux. Un tampon hygiénique court (qu’on retire tout de suite après le bain) peut aider à prévenir la crise.

Avant les règles

La mycose survient souvent juste avant les règles, probablement en raison d’une acidité physiologique. Quand le problème est quasi-systématique, le médecin peut être amené à prescrire un ovule antifongique en seconde partie de cycle. Les tampons imprégnés de lactobacilles peuvent aider à lutter contre les récidives (Florgynal, tampon probiotique by Saforelle).

LIRE LA SUITE
Camille Sorel
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.