• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Octobre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

8 raisons scientifiques d’avoir un chat

audrey hepburn

Si les vidéos de chats cartonnent, c’est bien parce que les humains ont compris leur supériorité sur la création. Mieux, leur présence est bonne pour tout, selon la science. Encore faut-il leur rendre la pareille (espace décent, présence régulière...). Miaou.

#1 Il est plus écolo qu’un chien
Si l’on jete un voile pudique sur les tonnes de litière nécessaires à la propreté d’un félin d’appartement, l’empreinte carbone du chat est inférieure à celle du chien. Pour s’en assurer, des chercheurs de l'université de Victoria ont calculé l'espace nécessaire à la fabrication de leur alimentation. Résultat : le chien, qui mange plus viande, pollue autant qu’un 4X4, le chat autant qu’une Golf. Il faut environ 0,84 hectares pour produire la nourriture annuelle d'un chien, et 0,15 hectares pour celle d’un chat. Mais le plus écolo reste le poisson rouge, qui ne consomme que 0,00034 hectares, soit deux smartphones...

#2 Il fait oublier plus vite les ex
Selon une enquête britannique, les personnes qui viennent de perdre un proche font plus facilement leur deuil en présence d’un animal de compagnie. Mais de tous les thérapeutes poilus, le chat reste la superstar, grâce aux vertus de ses ronronnements. " Écouter ce doux bruit entraîne une production de sérotonine, l’hormone du bonheur, impliquée dans la qualité de notre humeur, " affirme Jean-Yves Gauchet, vétérinaire et instigateur de la " ron-ron thérapie ", où l’art de soigner ses bleus de l’âme sur des notes félines. C’est tellement plus mélodieux que les ronflements de votre ex...

#3 Il rend le coeur indesctructible
Non seulement le chat nécessite moins d’effort que le chien - qu’il faut emmener courir même quand il fait un temps de chien (bonjour les rhumes) - mais il abaisse le niveau de stress de son humain, ainsi que son anxiété, sa tension artérielle... et donc ses risques d’infarctus. Selon une étude menée pendant 10 ans, les compagnons de chats ont même 30 % de chances supplémentaires d’éviter une crise cardiaque ou un AVC. Une autre étude révèle que les propriétaires de chats vont aussi moins souvent chez le médecin dans l’année (12% de visites chez le généraliste en moins). En échange, ça mérite tout votre respect.

#4 Il marche aussi bien qu’un somnifère
Un chat passe environ 18h par jour à dormir, autant dire qu’il s’y connaît en glande... C’est peut être pour cela qu’une majorité (surtout féminine) avoue préférer dormir avec un chat qu’un compagnon, selon un récent sondage britannique. D’après une étude du Centre de médecine du sommeil de Mayo Clinic (Minnesota), cette boule de poils chaude donne même à 41% des sondés l’impression d’avoir une meilleure qualité de sommeil. Car la présence d’un chat fait baisser la production d’adrénaline, ce qui relaxe un max. Bon, sauf c’est un chaton qui a décidé de jouer avec vos pieds en pleine nuit...

#5 Il est (presque) mieux qu’un amoureux
Selon une étude autrichienne, le chat procure les mêmes bénéfices émotionnels que la vie en couple. Et l’on peut même donner quelques points bonus au chat : à ce jour, aucun matou ne s’est révélé pervers narcissique, ou roi des prises de tête, ou maniaque, ou tire au flanc domestique... Il ne râle pas et donne de belles leçons de chill out en somnolant des heures sur les radiateurs. Et même quand regarde une série débile au lit, il ne fait pas de leçon de morale, mais vient plutôt se pelotonner au creux des genoux. Mieux, des études démontrent que le chat se souvient des bontés prodiguées et les rend au centuple.



#6 Il prévient les risques d’allergie
Pour les adultes, c’est trop tard, mais la présence d’un chat auprès d’un bébé fait des miracles. Car selon une étude publiée dans le National Institutes of Health, les enfants de moins d'un an exposés à un félin développent moins d’allergies plus tard : aux animaux domestiques, mais aussi aux acariens, au pollen, etc... D’après une étude menée pendant 7 ans par le département allergologie et immunologie de l’université de Géorgie, le contact quotidien avec un chat expose aussi à des molécules connues pour leur efficacité protectrice sur le système immunitaire. Ronron.

#7 Il sait jouer au chat de garde
Trop perso, le chat ? Dites-le à ce couple du Montana alerté en pleine nuit par leur matou parce qu’un tuyau de gaz fuyait. Ou aux parents de ce petit Américain sauvagement attaqué par un chien, avant qu’un chat dix fois plus petit mais vaillant ne déboule pour mettre le molosse en déroute (la vidéo a fait le tour du web). Les scientifiques cherchent encore à comprendre pourquoi les chats ont souvent cet instinct protecteur, mais les études prouvent qu’ils ont tendance à alerter leurs propriétaires en miaulant dès que quelque chose cloche. Peut être parce qu’ils aiment bien leurs humains, après tout ?

#8 Il signe une personnalité cool
Selon une étude publiée dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences, avoir un chat augmente le taux d’ocytocine dans le cerveau, une hormone de socialisation qui aide à aller vers les autres. CQFD, les amis des chats sont aussi les amis du genre humain. D’autres études affirment que les compagnons de chats sont également moins manipulateurs, plus calmes et plus modestes que ceux qui n’en ont pas. Tandis qu’un sondage anglais révèle que 90% des femmes célibataires trouvent les hommes à chat " plus agréables " que les autres. Normal, les filles ont toujours eu un goût très sûr.

LIRE LA SUITE
Julie Rambal
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.