• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

8 bonnes raisons de mentir

8 bonnes raisons de mentir

Vous mentez un peu, beaucoup, passionnément ? Chouette. Car contrairement à que prétend la morale, mentir, c’est bon pour à peu près tout. La preuve.

#1 Pour doper l’ego 

Pourquoi tant de bobards sur Instagram ? Parce qu’en enjolivant leur vie, les gens ont l’impression qu’elle est déjà un peu plus belle... Charles Ford, professeur de psychiatrie à l'Université d'Alabama, a décortiqué tous les mensonges dans un ouvrage, et mis en évidence ce mensonge destiné à améliorer sa propre image de soi. "Les gens dont les capacités et les réalisations ne répondent pas à leurs attentes personnelles vont avoir tendance à broder : exagérer leurs réalisations sportives ou leur adéquation avec d'autres personnes, non pas pour manipuler l’autre, mais pour soutenir leur faible ego." Et si ça peut aider, faut pas se priver..

#2 Pour avoir la paix

Dans un couple, le mensonge peut être un moyen de le sauver. Exemple : il/elle fait un truc récurent très agaçant, mais les discussions antérieures pour que ça change se sont soldées par des cris et puis de toute façon, on ne change pas les gens. Alors pourquoi s’acharner ? Tous les vieux couples planquent la poussière sous le tapis. Au quotidien, cela consiste à offrir un sourire crispé quand l’autre agit de manière agaçante, et répondre "Non rien" s’il demande ce qui ne va pas. Et hop, il n’y a plus qu’à mater une série peinarde pour apaiser son ressentiment. Ce " non, rien " est utile pour désamorcer tous les conflits : au bureau, dans la bande, etc.


 #3 Pour booster une carrière

On connait tous une cruche ou un cruchon qui a raflé un super poste de décision. Par quel miracle ? C’est simple, en se mentant à soi-même. Car selon le département de psychologie de l’Université British Columbia, "l’auto aveuglement est une force psychologique puissante, et croire que l’on est plus talentueux que la réalité aide à influencer les autres et à se surpasser. Ainsi, un chef persuadé qu’il est bon orateur se sentira mieux quand il prend la parole en public et convaincra mieux les autres de ses capacités." Bref, il vaudrait mieux être un nul qui se ment qu’un bon qui doute. Oui, la vie est cruelle...

 #4 Pour être gentille

Toujours selon Charles Ford, mentir peut également aider les autres à se sentir mieux ou éviter un chagrin. On appelle cela le mensonge altruiste. Qui peut même s’avérer un acte de bravoure quand il s’agit de cacher des résistants ou des gens persécutés chez soi. Au quotidien, cela consistera à dire à son amoureux que "oui oui oui il a déjà des abdos beaucoup mieux dessinés depuis qu’il a commencé le running, avant hier", ou assurer à une copine que "non non non, le coiffeur ne l’a pas du tout ratée", et re "non non non, son nouveau fiancé n’est pas du tout lourdingue quand il a trop bu".

#5 Pour éviter le rejet

Dans les années 50, une étude réalisée dans la ville de Denver révélait que le nombre de personnes affirmant posséder une carte de bibliothèque était supérieur au nombre réel d’abonnés. Ce mensonge est un classique de ce qu’on appelle le biais de désirabilité sociale : on ment parce qu’on pense que si on ne le fait pas, on va être rejeté par le groupe. C’est en pensant se faire mieux accepter que 25% des gens gonflent leur CV, selon les statistiques, ou que 12% racontent avoir passé des vacances extraordinaires alors qu’elles étaient banales. Si ça permet de décrocher un super job ou la table des winners à la cantine du boulot, pourquoi pas ? Encore faut-il ne pas se faire pincer.

#6 Pour aider à grandir

En 1962, la célèbre psy pour enfants Françoise Dolto rédige elle-même la lettre du Père Noël que la Poste veut envoyer aux enfants au moment des fêtes. Si même une psy reconnue a accepté de raconter des craques aux enfants, c’est qu’ils peuvent être constructifs, surtout quand ils les aident à affronter les épreuves de l’existence et la peur en s’appuyant sur le merveilleux. Si on ment aux enfants en leur disant que les bisous sont magiques et apaisent les bobos, qu’on va au ciel ou que les fées existent, c’est parce que si on leur disait : on va tous finir sous terre bouffés par les vers à 4 ans, ce serait un peu traumatisant.


#7 Pour entretenir son intelligence

Selon Francesca Gino, professeure à Harvard, et Dan Ariely, économiste comportemental à Duke, ceux qui ont un QI élevé sont plus susceptibles de tricher. Et leurs mensonges ne sont pas le signe d’une malhonnêteté mais d’une grande créativité. Pour le démontrer, ils ont posé des dilemmes aux employés d'une entreprise de publicité. Et constaté que les concepteurs étaient plus susceptibles de briser les règles que les comptables. Pas pour tromper le monde, mais pour distraire leur esprit affûté. "Travailler dans une entreprise qui encourage l'innovation et l'originalité augmente notre tendance à tricher." conclut Francesca Gino. Bref, vous mentez ? Vous êtes un génie.

#8 Pour déconstruire les stéréotypes de genre

Selon un sondage britannique, un homme ment six fois par jour environ, soit deux fois plus qu’une femme. Parmi les mensonges masculins les plus fréquents, d’après l’étude : "Pas de problème, tout va bien", "C’est ma dernière bière", et "Non, ça ne te grossit pas". Du côté des mensonges féminins : "Pas de problème, tout va bien", "Non ce n’est pas neuf, je l’ai depuis longtemps", et "C’était pas cher". Sauf que ce sondage a du proposer des réponses toutes... tellement sexistes. Alors pour déconstruire les stéréotypes, on ment deux fois plus et on boit des bières.


LIRE LA SUITE
Julie Rambal
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.