Actuellement en kiosque !

GL cover mag Décembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

8 antidotes à la déprime

antidote déprime

Novembre était déjà propice à la déprime saisonnière. Mais avec tout ce qui tombe sur le fil d’info, il y a de quoi vouloir rester sous la couette jusqu’à une ère plus réjouissante… Ou suivre ces petits conseils de survie.

# Repeindre les murs
Les couleurs ont un impact sur nos émotions, selon les pros. Le bleu et le vert, associés à la nature (fôret, ciel, océan…), procureraient un sentiment de calme et de détente, tandis que le jaune et son évocation d’une journée ensoleillée dynamiserait le moral. Allez zou, on passe le week-end prochain perchée sur un escabeau, à passer frénétiquement les murs au rouleau. En plus, ça permettra de penser à autre chose…  

# Rappeler les potes caustiques
Le rire est un stimulant cérébral et hormonal qui évacue les tensions et construit une barrière d’optimisme, selon les médecins. Il permet de mettre à distance peur, tristesse, colère... En plein état de siège, les Bruxellois ont d’ailleurs tweeté des chats, tandis que Thomas VDB, pourtant endeuillé par la mort de proches, offrait une désopilante chronique sur France Inter, vendredi dernier. La folie actuelle vaut bien une catharsis.

# Caresser un chat
Avec sa fourrure chaude et ses ronrons apaisants, le chat est un antidépresseur reconnu. La thérapie animale est même adoubée par l'Institut national de la santé mentale. Encore faut-il avoir les moyens de s’en occuper (appart pas trop petit pour son confort, possibilité de le faire garder pendant les vacances, etc)… Sinon il reste les cafés des chats (à Paris, Nantes, Lille), ou proposer aux copines de garder le leur quand elles partent en week-end, pour prendre un mini shoot… 



# Apprendre le crochet
Ou la gouache, la danse, le théâtre, le collage… n’importe quelle activité artistique, même si vous êtes une nouille de vos dix doigts. Ce n’est pas pour rien qu’il existe des ateliers d’art thérapie dans tous les centres de soin de la dépression. Car la pratique d’une activité artistique permet de retrouver des sources de motivation, réduire l’anxiété, et se projeter ailleurs…  En plus, le Macolmoulage de notre enfance est réédité : enfin une bonne nouvelle !

# Tomber le masque
Robert Epstein, fondateur du Centre d’études comportementales de Cambridge, a étudié le sentiment de bien être dans les couples. Résultat : ceux qui parlent avec le plus de sincérité d’eux-mêmes et de leurs émotions se sentent aussi le plus soutenus. Appliquez ce principe à tout votre entourage (fiancés, potes, collègues) et fuyez les vantards, les aigris, les rois du " Oui, mais ". La sincérité est un merveilleux remontant, encore plus maintenant.

# Régresser
Certaines entreprises de la Silicon Valley (Google, 3M…) qui ne sont pas là pour rigoler mais engranger des milliards, encouragent leurs salariés à faire des pauses récré et jouer aux jeux vidéos, de société, etc…  Ils savent que retourner (un peu) en enfance combat efficacement le stress. Tout comme le bourdon. Filez à la campagne sauter dans les flaques et les feuilles mortes, organisez un Time’s up ou un Pictionnary en bande, vous verrez, ça détend de faire l’andouille.

# Manger gras
Les poissons gras (thon, anchois, hareng, saumon) et les huiles végétales (olive, lin, tournesol, noix) sont gavées d’oméga 3, qui combattent la déprime. Mieux, le mélange de chocolat et riz soufflé (type Crunch), contient magnésium et vitamine B, qui apaisent le système nerveux, tandis que l’avocat, la banane ou les produits laitiers, possèdent des acides aminés qui combattent l’état dépressif. Bref, le gras est votre ami, et mangez tout ce qui vous fait plaisir !



# Prendre RV avec son blues
Des chercheurs de l’Université de Kent (Angleterre) affirment que s’offrir 30 minutes par jour pour ressasser sciemment à ses idées noires permet de se concentrer sur des choses plus positives le reste de la journée. Planifiez des plages de vague à l’âme, pendant lesquelles vous pouvez pleurer, crier ou juste vous rouler en position fœtale, mais en vous secouant les puces au bout de 30 minutes pour reprendre le crochet, les vannes de potes et du crunch !

LIRE LA SUITE
Julie Rambal
Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.