Jodie Foster soutient Kristen Stewart : sa lettre ouverte

Hier, Jodie Foster a publié un billet sur le site du Daily Beast pour soutenir Kristen Stewart, lynchée depuis la révélation de sa liaison avec le réalisateur de "Blanche-Neige et le chasseur". Découvrez ici sa lettre en intégralité.

kristen jodie
© Getty -

"On a tous vu les gros titres au kiosque à journaux. "Kristen Stewart attrapée". On a tous feuilleté les pages des magazines."Kris et Rob en couple ?" On a tous vu les photos. "J’aime cette robe. Je déteste les cheveux. Couple mignon. Mauvais choix de chaussures." Il n’y a aucune de culpabilité à reconnaître l’intérêt de l'être humain pour le linge sale en public. Ca remonte à la nuit des temps. Elever des jeunes gens au rang de dieux vivants, puis les faire tomber pour mieux les lyncher. Pourtant, ils sont comme nous. On prend rarement en compte toutes ces enfances qu'on est en train de détruire.

Je suis actrice depuis que j’ai 3 ans, jusqu’à mes 46 ans aujourd’hui. Je n’ai pas de souvenirs de mon enfance en dehors de l’œil public. On me dit que les gens me voient comme un exemple de réussite. Souvent, des inconnus s’approchent de moi et me demandent "comment avez-vous fait pour rester si normale, si bien, si discrète? » J’ai pris l’habitude de mentir et de dire, "je suis juste ennuyeuse, je suppose". La vérité c'est que comme certains mutants radioactifs, j’ai inventé mes propres outils gothiques de survie. J’ai établi des règles pour contrôler les regards insistants. J'ai peut-être organisé mes choix de carrière pour me permettre à moi (et à ceux que j’aime vraiment) un maximum de dignité. Et oui, j’ai adapté ce sport de gladiateurs qu'est le culte de la célébrité, la cruauté d’une vie vécue comme une cible vivante. A mon époque, avec la discipline et la volonté, on pouvait encore réussir à avoir une carrière de star et une vie privée. Bien sûr, on y perdait sa spontanéité. On apprenait à ne pas se laisser submerger par la mauvaise ambiance et "à respirer à travers une paille". Mais au moins, on pouvait tenir debout et dire "je ne vais pas volontairement participer à ma propre exploitation". Plus maintenant. Si j’avais été un jeune acteur ou actrice qui commençait sa carrière aujourd’hui dans la nouvelle ère des médias sociaux et la saison de chasse en permanence ouverte, aurais-je pu survivre? Est-ce que je me serais noyée dans la drogue, le sexe et les orgies? Me serais-je perdue ?

Je l’ai dit avant et je le répète: si j’étais une jeune actrice aujourd’hui, j'abandonnerais avant d'avoir commencé. Si je devais grandir dans ce culte des médias, je ne pense pas que je pourrais y survivre émotionnellement. J’espèrerais seulement que quelqu’un qui m’aime, m’aime vraiment, mette son bras autour de moi et me conduise loin, en sécurité. Sarah Tobias n’aurait jamais dansé devant ses violeurs dans Les Accusés. Clarice n’aurait jamais partagé le terrible cri des agneaux au Dr Lecter. Une autre actrice aurait sûrement pris ma place, ouvert son âme pour créer ces personnages, cédé ses vulnérabilités. Mais aurait-elle survécu aux paparazzis scrutant ses fenêtres, au harcèlement sur Internet, aux humiliations publiques, sans succomber à une overdose dans une chambre d’hôtel ou sans s’injecter des aiguilles dans le visage jusqu’à ce qu’elle devienne méconnaissable pour elle-même?

Être acteur, c’est communiquer sa vulnérabilité, permettre à votre authenticité de transparaître même si ça vous semble stupide ou honteux. Pour s’ouvrir et se donner complètement. C’est un acte de liberté, d’amour, de connexion. Les acteurs mettent longtemps à être connus de manière profonde pour la subtilité de leurs personnages, pour leurs imperfections, leurs complexités, leurs instincts, leur volonté de tomber. Plus vous êtes courageux, plus véridique sera la performance. Comment pouvez-vous faire si vous savez que vous serez constamment jugé, piqué, trahi ? Si vous êtes intelligent, vous apprendrez à vous déconnecter, à vous cloisonner. Mettre vos émotions dans une boîte de sécurité est très utile lorsque le public vous jette des pierres. Le but est de survivre, intact ou non, quel que soit le coût émotionnel. Les acteurs qui deviennent des célébrités sont censés être reconnaissants de l’intérêt du public. Après tout, ils sont payés. Juste pour mettre les pendules à l’heure, un salaire pour une performance à l’écran ne comprend pas le droit d’envahir la vie privée de quelqu'un, de détruire sa propre perception."