La descente aux enfers d'Amy Winehouse

Samedi 23 juillet, aux alentours de 18h, les médias relayaient la mort d’Amy Winehouse, retrouvée sans vie à son domicile de Camden Square à Londres.

Amy Winehouse
© PA Photos /Yui Mok /Abaca -

Pour comprendre les circonstances de son décès, les journaux ont alors tenté de retracer les dernières heures vécues par la chanteuse. The Sun dévoile que son corps aurait été retrouvé par son garde du corps 6 heures après la mort. Aucune drogue ni médicament n’aurait été retrouvé à son domicile. Même si le monde entier était au courant des multiples addictions de la chanteuse et que ses fans priaient pour qu'elle s'en déleste, cette maladie était directement reliée à son talent. Le Time parle d'un paradoxe et de sa voix toujours imprégnée de tristesse et d'émotion alors que sa musique était parfois joyeuse. Pour le Guardian, Amy Winehouse était empêtrée dans ses addictions tout en étant consciente de l'issue malheureuse de cette maladie. De sa propre confession, elle ne savait pas "quand s'arrêter" et n'en avait "rien à faire".
Dans un article paru ce matin, le New-York Postdonne sa théorie sur les raisons qui auraient pu pousser la chanteuse à avaler un cocktail mortel de drogues. Elle ne se remettrait pas de sa rupture avec le musicien Reg Traviss, et c'est ce chagrin d'amour qui aurait pu la pousser à commettre l'irréparable. Mais à ce stade de la procédure, les causes de ce décès restent inexpliquées comme tient à le préciser le Belfast Telegraph.
L'autopsie, qui a lieu ce lundi, devrait éclairer les circonstances exactes de sa mort, car la police n'aurait pas retrouvé de drogues au domicile d'Amy Winehouse. De plus, son médecin, qui l’a examinée la veille, l’aurait trouvée en bonne santé. Une autopsie devrait être pratiquée ce lundi mais aucun résultat n’est connu pour le moment.