• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Kim Kardashian a "supplié ses aggresseurs de la laisser en vie"

Kim Kardashian aurait été ligotée dans sa salle de bains.

Dans la nuit de dimanche à lundi, Kim Kardashian a été agressée et braquée alors qu’elle se trouvait dans l’hôtel particulier où elle réside pendant la Fashion Week. Une source a confié à E ! News des détails sur la nuit du drame.

Mise à jour du 4 octobre 2016 : Alors que Kim Kardashian a quitté Paris ce lundi après avoir fait sa déposition à la police, une source a donné à E ! News plusieurs informations sur le déroulement du braquage. La star ne pensait pas se sortir vivante de cette attaque : "Elle les a suppliés de la lais­ser en vie et leur a dit qu’elle avait des bébés à la maison. Ils l’ont ensuite bâillon­née avec du scotch et l’ont mise dans la baignoire". Sous le choc, elle a ensuite appelé Kanye West qui a eu du mal à comprendre ce qu'elle essayait de lui raconter. Le rappeur a annulé deux de ses prochaines dates de concert pour "raisons familiales".

Une nuit agitée pour Kim Kardashian. A Paris pour la Fashion Week, la star s’est fait agresser dans la nuit de dimanche à lundi. Selon les premières informations, cinq hommes, déguisés en policiers, se seraient introduits dans son hôtel particulier de la rue Tronchet, près de la Madeleine. Ils auraient ligoté la star de télé-réalité dans la salle de bain puis auraient fouillé l’appartement. Environ 10 millions d’euros de bijoux auraient été dérobés. Kim Kardashian, sous le choc n’a pas été blessée.
Pendant ce temps-là, son mari Kanye West chantait au festival The Meadows à New York. Il s’est excusé et a subitement quitté la scène. L’un des responsables du festival a expliqué qu’il avait une urgence familiale.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.