Ezra Miller, le nouveau chouchou du ciné indé

Depuis son très remarqué « We Need to Talk About Kevin », Ezra Miller est devenu le jeune acteur que les réalisateurs indé s’arrachent. Il était de passage à Paris pour la promo de son dernier film, « Another Happy Day », qui sort le 1 février. Rencontre.

ezra miller interview
© Allociné -
Elliot, ton personnage, nous fait rire et pleurer. Toi, c'est quand que tu as pleuré pour la dernière fois ?
Je pleure tout le temps ! Il y a deux jours, j'étais avec ma petite amie au sommet de l'Arc de triomphe, on regardait Paris et on a eu une discussion incroyable sur la vie, son origine... et on s'est mis à pleurer tous les deux ! C'est le type de la sécurité qui est venu nous chercher à trois heures du matin pour nous dire qu'il fallait s'en aller ! 
 
Dans une scène très drôle, tu parodies un animateur de la chaîne Fuck news. Tu as déjà pensé faire un autre métier ?
Depuis que je suis très jeune, la musique et le cinéma remplissent ma vie. Je suis incapable de faire autre chose. Mais, quand j’y réfléchis..... Oui, c’est ça ! Je pourrais être à la tête d’un centre qui proposerait des massages, des séances de thérapies et de la bonne bouffe. On en sortirait changé, sans problème.
 
Ton personnage vit dans une famille de barge. Toi qui semble avoir eu une enfance assez calme, qu'est ce qui t'as poussé à accepter de jouer un ado si torturé ?
Tu sais, c'est qui est fou avec l'art, c'est que tu n'as pas besoin d'avoir eu une enfance difficile pour jouer ce genre de personnage. La complexité humaine fait que quelqu’un en apparence loin de vous, peut en fait être très proche de ce que l'on est. C'est un des grands paradoxes humains qui compliquent la route que l'on doit prendre.
 
A 19 ans, tu cherches l'amour pour une nuit, ou pour la vie ?
Oh tu me proposes les deux extrêmes là ! Ecoute, en ce moment je suis amoureux de quelqu'un. J'aimerais tellement que ce soit un engagement qui dure le plus longtemps possible... Mais la meilleure façon de durer, c'est nuit après nuit.... 
 
Comment tu te concentres juste avant de jouer ? Tu es seul, tu écoutes de la musique ?
Ca dépend vraiment de la scène. Mais très souvent j'ai besoin de m'isoler, j'ai besoin de silence. Je peux me cacher les yeux, faire le vide.