• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Octobre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Revenge Porn : quand les célébrités en sont victimes
1 /5

Revenge Porn : quand les célébrités en sont victimes

Chantage, vengeance, ou coup d’éclat malsain : Rihanna, Kim Kardashian ou Jennifer Lawrence ont vu leurs photos intimes ou même leurs sex tape exposées au grand jour. Retour sur six affaires de Revenge Porn qui ont fait la Une.

Rihanna, piégée par Chris Brown ?

En 2009, peu de temps après sa rupture avec Chris Brown, Rihanna se retrouve au cœur d’un scandale. Des photos privées, la montrant dénudée et posant lascivement devant la caméra, se retrouvent partout sur le Web. Si certains accusent immédiatement son ex, avec qui l’histoire s’est mal terminée, le rappeur nie toute implication. "C’était la pire chose qui pouvait m’arriver. J’ai eu l’impression que toute mon intimité avait été volée. C’était humiliant et embarrassant", confiait Rihanna peu de temps après à la radio américaine. 

Pamela Anderson, Tommy Lee et leur sex tape

Ils ont été précurseurs dans le domaine de la sex tape ! En 1995, alors mariés depuis peu, Pamela Anderson et Tommy Lee se filment en plein ébat. Un vol de coffre-fort plus tard et voilà que le court-métrage de 54 minutes se retrouve public. Le musicien dépose alors une plainte contre la compagnie de distribution, tentant ainsi de stopper la diffusion. Le couple signe finalement un accord confidentiel avec d’autres distributeurs, faisant du film l’une des vidéos les plus téléchargées au monde. 

Kim Kardashian, l’anonyme qui fait le buzz

Un jour de mars 2007, une certaine Kim Kardashian, dont personne ne parlait jusque-là, fait la Une des sites d’information. La cause ? La jeune femme, amie de Paris Hilton, est le personnage principal d’une sex tape tournée avec le chanteur Ray J. On apprendra ensuite que la vidéo a été tournée quand le couple vivait encore des jours heureux, en 2013. Si au départ Kim Kardashian fait tout pour arrêter la diffusion de la vidéo, elle finit par se servir de ce film embarrassant et cède les droits à Vivid Entertainment contre 5 millions de dollars. Elle devient ensuite rapidement l’héroïne de la téléréalité "Keeping Up With The Kardashians !" et débute alors la carrière de femme d’affaires qu’on lui connaît.

 

Mischa Barton, l’étendard des victimes

"Mischa Barton ne consent pas à la diffusion de ces images. Elle affirme qu’elles ont été enregistrées sans son consentement par la personne qu’elle voyait à cette époque-là", explique l’avocate de l’actrice dans un communiqué de presse en mars 2017. Déterminée, l’héroïne de "Newport Beach" entame alors une bataille juridique pour que les photos d’elle nue ne puissent plus circuler sur le Web. "Il y a un mot pour cette conduite dégoûtante : le revenge porn [le porno de vengeance, ndlr]. C’est une forme d’agression sexuelle et un crime", poursuit l’avocate dans son courrier, faisant de Mischa Barton la représentante de toutes les victimes de pornographie non-consentie. 

Jennifer Lawrence, victime d’un hacking de grande envergure

En 2014, une énorme fuite conduit à un scandale impliquant notamment Jennifer Lawrence et ses photos très très privées. Le criminel, Edward Majerczyk, a en fait hacké les ordinateurs d’une trentaine de célébrités, prétendant être un fournisseur de services Internet. Les photos dénudées de Kate Upton, Rihanna, Jennifer Lawrence ou encore Kirsten Dunst sont alors diffusées sur la toile. Attaqué devant le tribunal fédéral de Chicago, l’homme a risqué jusqu’à cinq ans d’emprisonnement pour son crime. Il a finalement été condamné en janvier dernier à verser une amende de 5 700 dollars et à neuf mois de prison ferme. 

Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.