• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Qui sera la nouvelle Rihanna ?

Azealia Banks Iggy Azalea Rita Ora Kreayshawn 8

A l’occasion de la sortie de "Van Vogue", le nouveau single d’Azealia Banks, Glamour.fr fait connaissance avec la nouvelle génération de lolitas MC’s. On commence les présentations ?

LIRE LA SUITE
1 /8

Azealia Banks

Azealia Banks

On a groové toute l’année sur 212, son tube hybride entre rap aride et electro fin du monde. Originaire d’Harlem, cette jeune rappeuse de 22 ans n’en est pas à son premier coup d’essai. En 2009, elle collaborait déjà avec Diplo et posait son flow sur un sample de Ladytron. En attendant la sortie de son premier album, baptisé Broke With Expensive Taste, Azealia Banks nous fait saliver avec 1991, un premier EP prometteur et joue les sirènes d’eau douce dans la vidéo de son nouveau single, Van Vogue.

2 /8

Iggy Azalea

Iggy Azalea

Eternellement perchée sur des talons de 15 centimètres, cette Australienne de 23 ans déverse son rap acerbe en remuant de la queue de cheval devant un public de fidèles. Après le carton de son clip Pu$$y –  dans lequel elle engouffre une glace à l’eau avec pas mal de dignité -, la chanteuse a collaboré avec T.I et s’est entichée d’A$$AP Rocky, l’un des rappeurs les plus cool du moment. Iggy Azalea devait sortir son premier album, The New Classic, en juin : on l’attend toujours.

3 /8

Rita Ora

Rita Ora

Boucles peroxydées et top cropped microscopique : Rita Ora affole l’Angleterre avec son hit How We Do (Party), sorte de mélange entre la pop acidulée de Katy Perry et le r’n’b mainstream de Rihanna. Signée en 2009 sur Roc Nation, le label de Jay-Z, la rappeuse de 21 ans prépare la sortie de son premier album à la rentrée et passe son été sur la route, en assurant la première partie des concerts de Coldplay.

4 /8

Kreayshawn

Kreayshawn

Tatouages mignons, piercings aux tétons et flow fluet : Kreayshawn ouvre la voie aux rappeuses "bad girly", qui kiffent autant les oreilles de Mickey que les poings américains. Depuis la sortie de son hit Gucci Gucci en 2011, la chanteuse n’a pas arrêté de faire parler d’elle : brouilles publiques avec le rappeur Rick Ross, compte Twitter piraté et photos nues circulant sur le Net. Espérons que Somethin’ ‘Bout Kreay, son premier album prévu pour septembre prochain, soit tout aussi captivant.

5 /8

Nicki Minaj

Nicki Minaj

C’est l’ovni du r’n’b US : Nicki Minaj ne cesse de nous fasciner avec ses expérimentations capillaires borderline, ses tenues de Barbie pupute et ses hits pour campings méditerranéens. Mais il fait bon d’être la reine du mauvais goût : la rappeuse américaine est en phase de détrôner toutes ses petites concurrentes avec ses tubes dégoulinants de monoï et ses poses lascives à même le sable –comme avec son single Starships qui comptabilise presque 70 millions de vues sur Youtube.

6 /8

Jade Alston

Jade Alston

Alicia Keys et autres crooneuses r’n’b n’ont qu’à bien se tenir : à tout juste 24 ans, Jade Alston est aussi à l’aise derrière un piano tire larmes qu’en girl next door sexy – on ne se lasse pas de la regarder danser en chaussettes avec ses copines dans le clip de Sober.  Après avoir repris Beyoncé et assuré la première partie de Kelis, 50 Cent, ou encore Sean Paul, la pétillante Américaine prépare la sortie de son premier album et se définit comme étant la version féminine de Kanye West et de Drake. Rien que ça…

7 /8

Kitty Pryde

Kitty Pryde

Kitty Pryde joue les super héroïnes en chaussettes hautes avec son rap moite et insolent qui rappelle le vaporeux Pop The Glock d’Uffie. Et si l’on décèle de nombreuses similitudes entre les deux rouquines, on a tout de même un gros faible pour la mollesse adolescente de cette rappeuse d’à peine 16 ans, parfait produit de la génération Webcam -Hello Kitty - je me roule sur le lit. La preuve en vidéo.

8 /8

DENA

DENA

Cette jeune bulgare exilée à Berlin commence tout juste à faire parler d’elle avec Cash, Diamond Rings, Swimming Pools, un single détonnant qui n’est pas sans rappeler le flow vindicatif de MIA ou de Santigold. On oublie les poom poom shorts et les palmiers pour se retrouver dans la grisaille d’un marché où l’on troc des batteries de téléphone contre des chaussures de ski. L’exotisme est parfois loin, très loin de là où on l’attend.

Sarah Constantin

Dans ce diaporama :

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.