Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Salut, tu deviens quoi ?

Haley Joel Osment Sarah Michelle Gellar Shannyn Sossamon Matt Dillon 11

Mais qu’est-ce qu’ils fabriquent ? Elus stars d’une génération par Star Club, encensés par la critique internationale pendant six mois en 2001, ces quasi-icônes voient pourtant leur page Wikipedia stagner depuis perpète. A quand le retour en haut de l’affiche ?

LIRE LA SUITE
1 /11

Haley Joel Osment

Haley Joel Osment

La gloire : Sixième Sens de N. Shyamalan (1999). A 11 ans, ses talents d’acteur impressionnaient ses collègues de tournage.

Les ratés : A.I. Intelligence Artificielle de Steven Spielberg n’a pas eu le succès escompté. En 2006, il fut arrêté pour conduite en état d’ivresse et possession de marijuana. « Encore un enfant star perdu dans les affres du système », a-t-on alors pensé. Il gagne aujourd’hui sa vie en faisant des voix de personnages de jeux vidéo.

Le coaching : Maintenant qu’Haley Joel a mué, tout le monde se fout qu’il voit des gens morts ou non. Il devrait abandonner ses projets en cours (et de toute façon) voués à l’échec et changer d’orientation avant de faire le tour des festivals de la saucisse de 2022.

2 /11

Sarah Michelle Gellar

Sarah Michelle Gellar

La gloire : De 1996 à 2003, l’héroïne de Buffy Contre Les Vampires avait le monde à ses pieds : un film d’horreur pour ados (Souviens-toi l’été dernier…), un rôle de vraie méchante dans Sexe Intentions et des milliers de pages sur Internet.

Les ratés : Sarah Michelle, franchement, est-ce que Scooby-Doo 1 & 2 étaient indispensables ?

Le coaching : Okay, la vie de patachon en famille c’est chouette (mariée avec Freddie Prinze Jr. depuis toujours, elle a eu une petiote il y a 2 ans), mais il faudrait penser à se remettre au boulot. Fissa !

3 /11

Shannyn Sossamon

Shannyn Sossamon

La gloire : Grosse exposition médiatique (notamment sur le web) en 2002 après l’adaptation cinématographique des Lois de l’Attraction de Breat Easton Ellis et la comédie romantico-cucul 40 jours 40 nuits avec Josh Harnett (un autre loser magnifique).

Les ratés : Après une apparition dans le fort sympathique Kiss Kiss Bang Bang en 2005, la pauvrette ne se vit proposer que des petits rôles pas vraiment folichons (au mieux dans une série avec Courteney Cox, Dirt, au pire dans des navets pour le câble).

Le coaching : Arrêter les séries paranormales (Moonlight) et les films d’horreurs bidons (quand on sait que le film va s’appeler Catacombes, ça sent tout de même le coup fourré). Note personnelle : on n’appelle pas non plus son fils AUDIO SCIENCE, ou alors il ne faut pas s’étonner d’avoir un mauvais karma.

4 /11

Matt Dillon

Matt Dillon

La gloire : A la fin des années 90, Matt était à son top : après avoir donné la réplique à Nicole Kidman dans Prête à tout (Gus Van Sant, 1995), il joue dans Sex Crimes (1997) et surtout Mary à tout prix (des frères Farrelly, 1998). C’est d’ailleurs qu’il rencontre Cameron Diaz avec qui il sortira pendant 3 ans.

Les ratés : Matt Dillon a bien obtenu quelques rôles par-ci par-là, mais plus rien de flamboyant (La Coccinelle revient, Factotum, une voix dans un épisode des Simpsons en 2007…).

Le coaching : En bon has-been non-dénué de talent, Matt Dillon a le profil idéal pour jouer dans un film de Tarantino (qui a redoré le blason de John Travolta, Pam Grier ou encore – paix à son âme – David Carradine).

5 /11

Thora Birch

Thora Birch

La gloire : American Beauty de Sam Mendes, en 1999. Puis il y eut  le rôle d’Enid, dans Ghost World (2001) à ses côtés, Scarlett Johansson paraissait fade comme une endive.

Les ratés : Des films de série B aux titres douteux (Pour une vie meilleure, Le Pacte de Grossesse…), sortis directement en DVD, et une apparition dans un clip de Limp Bizkit.

Le coaching : Thora a fait une pause de trois ans pour étudier le droit. A force de résoudre des problèmes juridiques d’une grande complexité, l’actrice en a oublié son bon sens : elle a accepté de jouer dans un remake de Bonnie & Clyde Bonnie est interprétée par… Hilary Duff. Un changement d’agent s’impose.

6 /11

Claire Danes

Claire Danes

La gloire : Angela, 15 ans, série culte des années 90, et bien sûr le brillant Romeo + Juliet avec Leonardo Di Caprio.

Les ratés : Comment expliquer que Claire Danes, qui a quand même marqué toute une génération, n’ait jamais accédé au rang de superstar ? Le pompon : elle semble avoir cédé au démon de la chirurgie esthétique.

Le coaching : Claire peut donner un second souffle à sa carrière en lorgnant du côté du ciné indé (ex : Igby, avec Susan Sarandon en 2002).

7 /11

Zach Braff

Zach Braff

La gloire : Garden State, son premier long-métrage sorti en 2004, et qui fut une sorte de second Eternal Sunshine of Spotless Mind, c'est-à-dire un film revigorant avec une bande-originale de qualité.

Les ratés : Si Zach Braff connaît le succès en tant que comédien dans la série Scrubs, il n’a jamais renouvelé l’essai en tant que réalisateur ou scénariste. Pas de ratés à proprement dit, donc, mais pas de confirmation non plus.

Le coaching : Chercher l’inspiration. Maintenant que Scrubs est fini – la chaîne ABC ayant refusé de payer pour une dixième saison – Zach va avoir plus de temps libre.

8 /11

Rupert Everett

Rupert Everett

La gloire : Another Country, en 1984, il avait le rôle principal. Puis entre 1997 et 2003, il enchaîne les films à succès : Shakespeare in Love, Le Mariage de mon meilleur ami, Le songe d’une nuit d’été

Les ratés : Un sacré paquet de films sortis directement en DVD. Un couple presque parfait, avec sa meilleure amie Madonna. Et qui se souvient encore de la mini-série franco-britannique Les Liaisons Dangereuses, avec Catherine Deneuve (2003) ? Personne. C'est bien le problème.

Le coaching : Rupert devrait devenir écrivain ou scénariste à plein temps. Son autobiographie, Tapis rouges et autres peaux de bananes, publiée en 2006 en Grande-Bretagne, lui a valu une comparaison avec Truman Capote, s’il-vous-plaît.

9 /11

Liv Tyler

Liv Tyler

La gloire : Après Empire Records (1995) et Beauté Volée (1996), la fille du chanteur d’Aerosmith devait être la nouvelle Demi Moore. Quelques blockbusters (Armageddon et la trilogie du Seigneur des Anneaux) et une pub pour un parfum plus tard, Liv se fait rare.

Les ratés : L’an dernier, on l’a vue dans le film Super (avec Ellen Page et Rainn Wilson). Pas des plus convaincants.

Le coaching : New-York, c’est bon pour Sarah Jessica Parker et Lady GaGa. Liv doit emménager à Hollywood, enfin !

10 /11

Katherine Moennig

Katherine Moennig

La gloire : Sa coupe de cheveux asymétrique (la « Shane ») et son allure androgyne ont fait fantasmer garçons et filles fans de la série The L World. On note un pic de popularité en 2006.

Les ratés : Depuis 2009, pas grand-chose : une série annulée par la chaîne CBS, un petit rôle dans un épisode de Dexter et quelques répliques dans La Défense Lincoln (2011).

Le coaching : Solution possible pour Kate : se mettre au théâtre. Ou pas.

11 /11

Rosanna Arquette

Rosanna Arquette

La gloire : Le Grand Bleu, de Luc Besson, en 1988. Autres réussites : Recherche Susan Désespérément (1985) Pulp Fiction (Tarantino, 1994), Crash (Cronenberg, 1996), et Buffalo ’66 (Gallo, 1998).

Les ratés : Beaucoup trop de téléfilms et séries moyennes au compteur (Medium, Private Practice…). A vrai dire, ces dernières années, on a plus parlé du changement de sexe de son frère Alexis que de sa filmographie.

Le coaching : Changer de nom et repartir à zéro en jouant dans un rockumentaire à la Spinal Tap.

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.