• glamour-snippet-ysl-blackopium
  • Fashion Week Glamour

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir

Les 10 filles qui feront Cannes

Kirsten Dunst, l Naomi Kawase, la potentielle championne Elena Anaya, la nouvelle muse d Maïwenn, l 9

Qu'elles soient dans l'ombre ou la lumière du prochain festival de Cannes qui débutera mercredi prochain, une chose est sûre : les noms de ces 10 personnalités féminines seront assurément murmurés partout.

LIRE LA SUITE
1 /9

Kirsten Dunst, l'indé respectée

Kirsten Dunst, l

Celle qui débuta sa carrière derrière les caméras de Woody Allen et qui fut un temps l'égérie de Sofia Coppola risquerait bien de faire un passage remarqué au Festival cette année grâce à son rôle dans le dernier Lars Von Trier. Il faut dire que le réalisateur danois a le don de permettre à ses actrices d'obtenir le prix d'interprétation (cf. Les pronostics de Glamour). Dans Melancholia, la blonde ingénue incarne une jeune mariée en proie à un étrange sentiment de spleen alors que la Terre est menacée par une collision avec une autre planète. On imagine bien Kirsten nous inquiéter et briller tout autant que dans son rôle d'ado perturbée dans Virgin Suicides.

2 /9

Naomi Kawase, la potentielle championne

Naomi Kawase, la potentielle championne

Après avoir remporté la Caméra d'Or en 1997 (Suzaku) et le Grand Prix du Jury dix ans plus tard (La Forêt de Mogari), cette cinéaste japonaise de 42 ans pourrait bien décrocher une fois de plus une récompense de taille grâce à son nouveau long-métrage Hanezu de Tsoki, un drame historique. Et si toutefois elle parvenait à remporter la fameuse palme d'Or, Naomi deviendrait certainement la femme du 64ème Festival de Cannes.

3 /9

Elena Anaya, la nouvelle muse d'Almodovar

Elena Anaya, la nouvelle muse d

Cette actrice espagnole de 36 ans surtout connue dans son pays n'en est pourtant pas à son premier coup d'essai derrière la caméra de Pedro Almodovar. Après une apparition dans Parle avec elle en 2002, elle tient cette fois la tête d'affiche du nouveau long-métrage du maître espagnol, La Piel que habito(La peau que j'habite), un drame sombre autour de l'expérimentation scientifique et présenté en compétition. Avec ce film, Elena Alaya pourrait donc bel et bien commencer à exporter ses talents d'actrice à l'étranger.

4 /9

Maïwenn, l'outsider

Maïwenn, l

Actrice reconnue à ses heures, c'est surtout en tant que réalisatrice que la belle brune a su imposer son talent. Après Pardonnez-moi, un premier long métrage réalisé en 2006 salué par la critique, et Le Bal des actrices, une réflexion très personnelle sur la condition de comédienne sorti en 2009, l'heure de la consécration pourrait bien arriver avec son dernier long-métrage, Polisse, sélectionné en compétition officielle. Une nomination qui nous fait largement oublier son Gérard de la plus mauvaise actrice agaçante attribué en 2006 pour son rôle dans le Courage d'Aimer de Claude Lelouch. Allez Maïwenn !

5 /9

Jessica Chastain, la future mégastar

Jessica Chastain, la future mégastar

Bien partie pour exploser, la sublime rousse originaire de Californie est parvenue à décrocher le premier rôle féminin du nouveau chef-d'œuvre de Terrence Malick sélectionné pour la compétition, The Tree of Life, aux côtés de... Brad Pitt et Sean Penn. Si cette nouvelle carte de visite ne lui permet pas d'entrer dans la cour des grandes actrices hollywoodiennes, on ne comprend plus rien...
 

6 /9

Emily Browning, la grande en devenir

Emily Browning, la grande en devenir

La sexy BabyDoll du blockbuster Sucker Punch débute fort. Agée d'à peine 22 ans, cette Australienne incarne l'héroïne d'un premier film prometteur sélectionné en compétition, Sleeping Beauty, réalisé par Julia Leigh, elle aussi australienne. D'une beauté à la fois délicate et incendiaire, Emily ne passera sûrement pas inaperçue sur les marches du Palais des Festivals, qu'elle gravira en même temps que celles du succès.
 

7 /9

Mélanie Laurent, la touche-à-tout

Mélanie Laurent, la touche-à-tout

Après s'être lancée dans la chanson et dans la réalisation, l'actrice française la plus demandée du moment se lance dans l'animation. Choisie pour être la maîtresse de cérémonie, elle se livrera donc au difficile exercice qui consiste à rattraper les bêtises dîtes par les autres, combler les blancs, et faire quelques blagues qui au mieux doivent faire sourire l'assemblée. Bon courage Mélanie.

8 /9

Adèle Haenel, la jeune première

Adèle Haenel, la jeune première

Remarquée en 2007 pour son rôle dans le premier film de Céline Sciamma, La Naissance des Pieuvres, et pour lequel elle fut nommée aux Césars 2008, la jeune Adèle poursuit son ascension avec L'Apollonide (Souvenir de la maison close) de Bertrand Bonello, un long-métrage sur l'univers des maisons close au début du XXe siècle et présenté en compétition. Autant dire que la jeune actrice ira loin, puisqu'on la verra prochainement dans Confession d'un enfant du siècle aux côtés de Pete Doherty et Charlotte Gainsbourg, ainsi que dans Le Sud, un long-métrage parallèlement sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes.

9 /9

Hafsia Herzi, la valeur sûre

Hafsia Herzi, la valeur sûre

Inutile de présenter cette belle actrice de 24 ans révélée grâce à son rôle dans La Graine et le Mulet d'Abdellatif Kechiche, qui lui valu en 2008 le César du meilleur espoir féminin. Elle débarque cette année à Cannes avec pas moins de deux films en compétition à son palmarès, La Source des femmes de Radu Mihaileanu et L'Apollonide (Souvenir de la maison close) de Bertrand Bonello. Hafzia confirme donc qu'elle est devenue l'une des valeurs sûres du cinéma français.
 

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.