• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Winona Ryder : pourquoi on se réjouit de son retour ?

L’idole absolue des années 90 est bel et bien de retour. Dans l’excellente série rétro "Stranger Things" sur Netflix ou en égérie beauté pour Marc Jacobs, Winona Ryder, 44 ans, continue de nous émouvoir et de nous envoûter. Comme le clamait le tatouage de son ex moins bien conservé, Johnny Depp : "Winona Forever".

Sa vie est un roman
Wino (son surnom pour les intimes) était prédestinée à un destin hors du commun et tourmenté. Son prénom vient en effet de la légende tragique de la princesse Winona. Cette jeune amérindienne, vivant sur les rives wisconsinoises, s’est jetée du haut des rochers de Maiden Rock pour éviter d’épouser un prétendant pas à son goût. Du côté paternel, la famille d’origine juive issue du Roumanie et de Russie de Ryder a subi de nombreuses pertes pendant la Shoah. Ce qui a marqué longtemps la jeune fille, mélancolique dès l’enfance. A l’école, le mode de vie anticonformiste de ses parents hippies proches de la beat generation et des gourous de la contre-culture Allen Ginsberg et Philip K. Dick, la tient à l’écart de ses petits camarades. Maltraitée par les autres élèves pour sa différence et son androgynie, Winona Ryder finit par prendre des cours par correspondance. A ses débuts dans le cinéma, certains – myopes ? - la jugent trop garçon manqué, pas assez sexy ni jolie pour Hollywood. Ça ne va pas durer...

C’est l’anti Kim Kardashian
Ce qui frappe chez Winona Ryder, c’est son authenticité. Dans les années 90, elle arpentait le tapis rouge en tomboy vêtu d’un t-shirt blanc, d’un jean oversize et de derbies. Dans Beetlejuice de Tim Burton, elle portait ses propres vêtements d’ado gothique. Et dans les interviews, elle ne cache rien de ses amours rock (un net penchant pour les rockeurs écorchés vifs), de ses chagrins, de ses émotions et de ses erreurs. Voilà qui nous change de l’armée d’agents qui entourent les stars d’aujourd’hui et des filtres Instagram/Snapchat. Ayant grandi dans une communauté baba cool en Californie sans électricité (mais avec beaucoup de livres), elle a toujours gardé le sens des réalités et une attitude low-profile.

Elle nous touche par ses failles
Après sa relation fusionnelle avec Johnny Depp dans les années 90, Winona Ryder se fait interner dans un hôpital psy pour soigner son chagrin d’amour et se reposer. Elle souffre depuis d’épisodes dépressifs et de crises d'angoisse. Pendant Alien, la vraie blonde qui se teint en brune depuis l’adolescence se blesse au dos et consomme des analgésiques, ce qui va la rendre accro aux médicaments. Mais son plus grand passage à vide reste ce vol à l’étalage en 2001 dans un grand magasin de Beverly Hills où elle pique 5 500 dollars de vêtements et accessoires de luxe. La star est condamnée à 480 heures de travaux d’intérêt général, 3 ans de probation et 10 000 dollars d'amende ainsi qu’à un soutien psy. La raison de sa cleptomanie tiendrait dans son addiction aux cachets. Cette fragilité a fait de Winona une belle âme, pleine d’empathie.  Elle a dédié sa prestation dans Les Quatre Filles du docteur March à Polly Klaas, une petite de 12 ans enlevée et assassinée en 1993 lors d'une soirée pyjama, car c’était le livre préféré de l’enfant.

Elle a un talent monstre
Ceux qui n’ont pas suivi sa carrière fulgurante, seront bluffés par son jeu très expressif dans Stranger Things sur Netflix, dans le rôle principal d’une mère éplorée. Petit rattrapage pour les autres : avant d’être prise la main dans le sac en train de voler des vêtements (et de se faire crucifier par Hollywood), elle n’a tourné que pour les meilleurs. Francis Ford Coppola, Tim Burton, Jim Jarmusch, Woody Allen, Martin Scorsese…Et elle figura au générique de nombreux films cultes des 90s comme Dracula ou Edward Aux Mains d’Argent. On vous conseille, si ce n’est déjà fait, de vous jeter sur le thriller teenage cynique et brillant Fatal Games (1989), avec Christian Slater (son ex) et Shannen Doherty. Elle y joue une freak dérangée, sombre et intelligente vengeant les incompris du lycée des maltraitances des stars populaires de l’école en les assassinant. Eblouissante en robes de créateurs dans le nouveau magazine The Edit de Net-a-Porter, dans la campagne beauté de Marc Jacobs, son comeback résonne comme une belle revanche sur ceux qui trouvaient Ryder trop bizarre, sombre ou androgyne à l’école ou à ses débuts. Et qui doivent aujourd’hui se trouvaient affalés (et captivés) devant Netflix

LIRE LA SUITE
Violaine Schutz

Dans cet article :

Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.